Brossard a son DIX30, Trois-Rivières son District 55

On ne parle plus de Power Center mais...

Agrandir

On ne parle plus de Power Center mais bien de Town Center, en référence aux 2000 unités résidentielles qu'on compte construire autour de cet ensemble commercial de prestige.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Groupe Laferté de Drummondville et le Groupe Robin de Saint-Hyacinthe, promoteurs du projet immobilier en bordure de l'autoroute 55, à l'entrée du pont Laviolette, ont présenté lundi, à l'hôtel de ville de Trois-Rivières, le concept préliminaire du projet immobilier District 55 qui devrait commencer à voir le jour le printemps prochain.

Ceux qui s'attendaient à l'annonce immédiate de l'arrivée de grandes bannières commerciales sur ce site sont toutefois restés sur leur faim.

On ne parle plus de Power Center mais bien de Town Center, en référence aux 2000 unités résidentielles qu'on compte construire autour de cet ensemble commercial de prestige où on retrouvera sur un espace de 10 millions de pieds carrés des commerces de petites et grandes surfaces, des restaurants, des services et possiblement un hôtel.

Quant au nom District 55, il a été retenu par la firme de communication LG2 Boutique parce qu'il se dit aussi bien en français qu'en anglais. C'est aussi un clin d'oeil à l'autoroute 55 située à proximité.

Les invités ont pu admirer, lundi, le concept immobilier grâce à une projection trois dimensions qui donnait l'impression de se déplacer en voiture au coeur même du nouveau quartier qu'on veut très boisé, fleuri et ombragé et dans lequel on a installé  un nombre impressionnant de fontaines.

Le maire Lévesque a vanté le sérieux des deux firmes retenues qui ont déjà fait leurs preuves autant dans le domaine commercial que résidentiel et qui ont investi à ce jour environ 15 millions $ dans le projet.

Il s'est aussi félicité que l'ancienne Ville de Trois-Rivières-Ouest (son ex-ville) n'ait jamais donné suite à un projet de développement d'une simple bande de terrains alors qu'aujourd'hui, avec un projet nettement plus ambitieux, on peut attirer de grands promoteurs.

Ces derniers  (qui sont regroupés sous le nom Complexe 3R) ont par ailleurs mandaté la firme d'architectes Cimaise/Karbon pour la réalisation de la portion verte du projet située en plein coeur de la future voie d'accès du boulevard Arthur-Rousseau. En plus des unités d'habitation, dont on dit qu'elles seront à prix abordable, on retrouvera un terminus d'autobus, des parcs, un boulevard aménagé en parc linéaire, une piste cyclable et des bassins d'eau.

Les promoteurs ont par ailleurs précisé que la conception du projet atteint les normes de la certification LEED AQ pour l'aménagement de quartier et surpasse les exigences environnementales de gestion des eaux de surface à même la création d'espaces verts au coeur de l'espace de vie.

Le vice-président du groupe Robin, Jonathan Robin,  a insisté: le nouveau quartier urbain résidentiel et commercial sera écoresponsable, axé sur la qualité de vie des citoyens et il se démarquera tant au niveau régional que provincial. M. Robin assure que la Ville de Trois-Rivières n'a pas eu à le convaincre longtemps pour qu'il s'intéresse à «cet emplacement exceptionnel» comme il en reste peu du genre au Québec.

Il a aussi vanté l'efficacité des services municipaux dans ce dossier et surtout la rapidité à répondre aux demandes de son groupe. Même son de cloche du côté de Jean-François Lepage, architecte, qui n'hésite pas à qualifier les relations avec la Ville de «modèle de collaboration».

On a par ailleurs appris lundi qu'il reviendra à la firme de location commerciale Oberfeld Snowcap, qui représente actuellement 250 bannières parmi les plus prestigieuses, d'attirer des locataires dans les nombreux locaux commerciaux du Town Center.

Les promoteurs ont par ailleurs insisté sur les retombées économiques importantes que ne manquera pas de générer ce projet immobilier et commercial, puisqu'il devrait représenter à long terme beaucoup de taxes municipales (sur une valeur de 800 M$)  et de l'argent neuf dans la ville.

Il contribuera également à compléter l'offre commerciale et à freiner les fuites commerciales

en attirant des chaînes majeures non encore établies à Trois-Rivières.

Selon les promoteurs, ce quartier commercial devrait aussi amener des touristes et des gens d'affaires. Un point de vue partagé par le maire Yves Lévesque qui répétait, lundi, que ce centre n'était pas tant construit pour les Trifluviens que pour la région au complet et même au-delà.

À la Ville, on fait en effet le pari qu'au lieu de prendre la direction de Québec ou de Montréal, les gens des régions de Portneuf et de Lanaudière viendront plutôt à Trois-Rivières, «capitale régionale», faire leurs achats.

«Avec des bannières qu'on n'a pas ailleurs, on peut même attirer des gens de Repentigny», assure le maire qui a vu les études de marché de commerce de détail.  Ce dernier soutient par ailleurs que de grandes bannières l'ont déjà contacté... mais n'a pas voulu dire lesquelles.

À ceux qui s'inquiètent des répercussions sur le centre-ville qui compte déjà plusieurs vitrines vides ou pour les centres commerciaux de la ville, Yves Lévesque répond, un peu agacé, qu'il faut savoir suivre les nouvelles tendances.

«Soit on reste comme on est là, et on se fait dépasser par les autres, soit on se prend en main. Ce n'est pas la Ville qui investit des millions mais des promoteurs qui ont fait une étude de marché. Trois-Rivières qui a un positionnement central au coeur du Québec va innover. Le 10-30 c'est beau mais nous, ça va être extraordinaire.»

Il a assuré que la Ville n'a consenti aucun incitatif aux promoteurs, sinon de préparer le nouveau boulevard qui a nécessité un emprunt de 11,44 M$, ce qui inclut également l'aménagement d'un carrefour giratoire.

On signale que du côté de la Ville, il faudra attendre l'élection et l'assermentation du prochain conseil municipal avant de donner les premiers mandats pour les travaux qui commenceront en février 2014. Selon les promoteurs, le projet devrait générer 1500 emplois.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer