Tragédie de Lac-Mégantic: nouvelles mises à pied chez MMA

Cinq autres employés de la MMA ont été... (Photo Alain Dion La Voix de l'Est)

Agrandir

Cinq autres employés de la MMA ont été mis à pied ce matin à Farnham. Cela porte à 24 le nombre d'employés licenciés depuis le tragique accident à Lac-Mégantic.

Photo Alain Dion La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Alors que la Ville de Lac-Mégantic attend toujours que la Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA) réagisse à sa mise en demeure, voilà que l'entreprise montre la porte à au moins cinq autres travailleurs à Farnham, en Montérégie.

Les cinq employés concernés - des conducteurs et des préposés à l'entretien de la voie ferrée - ont été avisés de la chose par téléphone en matinée, a confirmé aujourd'hui le syndicat des Métallos, qui représente les 75 employés de MMA au Québec.

Le syndicat soutient avoir appris la nouvelle directement de la bouche des travailleurs touchés, l'employeur ne lui ayant communiqué aucune information.

Par ailleurs, aucun cadre ne se trouve sur place pour répondre aux questions de la partie syndicale, déplore-t-on du côté des Métallos.

La compagnie ferroviaire qui exploitait le train à l'origine de la catastrophe de Lac-Mégantic avait déjà mis à pied 19 de ses travailleurs québécois le 17 juillet dernier.

Le syndicat avait dénoncé la façon cavalière de procéder de l'employeur, ce dernier n'ayant fait parvenir aucun préavis aux 17 syndiqués et deux cadres qui ont simplement été avisés de ne plus se présenter au travail sans autre explication.

En date d'aujourd'hui, donc, près du tiers des travailleurs des employés québécois de la compagnie ferroviaire ont perdu leur emploi.

La Ville de Lac-Mégantic attend toujours une réponse à la mise en demeure qu'elle a transmise à la MMA mardi dernier. L'entreprise n'y a pas donné suite dans les délais prescrits. La municipalité s'était vue dans l'obligation de puiser environ 4 millions $ à même ses coffres pour payer des travailleurs embauchés par la MMA. Ceux-ci avaient suspendu temporairement leurs activités, craignant ne pas être payés pour leur labeur.

Le porte-parole de la firme d'avocats Gowlings, qui représente la MMA au Québec, n'a pas voulu préciser si la compagnie ferroviaire se manifesterait ce mardi.

Quant aux messages laissés par La Presse Canadienne au bureau d'Edward Burkhardt, grand patron de la MMA, ils sont restés lettre morte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer