Vigile pour Lac-Mégantic: «On est aussi avec eux»

Une vigile a eu lieu à Trois-Rivières à... (PHOTO: ÉMILIE O'CONNOR)

Agrandir

Une vigile a eu lieu à Trois-Rivières à la mémoire des victimes de Lac-Mégantic.

PHOTO: ÉMILIE O'CONNOR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Loin de Lac-Mégantic, mais près du coeur et en pensée. C'est dans cet esprit que près de 200 citoyens, impuissants, ont voulu témoigner leur soutien envers les sinistrés de la petite localité estrienne en participant, vendredi soir, à une vigile au parc Champlain, à Trois-Rivières.

«C'est une façon de les encourager et d'être solidaire. C'est un geste pour les appuyer en pensée et leur dire qu'ils ne sont pas seuls. C'est terrible ce qui s'est passé là-bas, témoigne Claire Lefebvre. Ce sont des gens qui ont une grande force».

Marie-Josée Roy et Kathy Isabelle, deux jeunes femmes originaires de Lac-Mégantic qui vivent à Trois-Rivières depuis cinq ans, ont perdu quelques connaissances dans la tragédie du 6 juillet. La vigile de vendredi soir leur permettait d'être en pensée avec les Méganticois. «Nous sommes loin, mais on est là en pensée», a affirmé Kathy Isabelle. 

À 21 h 33, une minute de silence a été gardée, à la suite d'une courte allocution de la conseillère municipale du district des Vieilles-Forges, Françoise Viens, elle-même originaire de la municipalité de 6000 âmes. Les groupes de musique en prestation sur la rue des Forges ont aussi collaboré à l'activité de recueillement en cessant de jouer. 

«On est impuissant devant tout ça, a réagi Ghislaine Dallaire. C'est tellement épouvantable ce que ces gens-là ont pu vivre. C'est en tenant une chandelle qu'on peut les encourager et penser à eux-autres». 

«Nous sommes ici pour se recueillir et sympathiser envers ceux qui ont passé par cette épreuve, et leur dire qu'on est avec eux», a affirmé pour sa part André Lyonnais.

Un autre homme se disait surtout «fâché» par les événements. «Ce sont des morts gratuites. Les compagnies veulent faire de l'argent, donc ils mettent moins d'argent dans l'entretien et la sécurité. C'est pour une question d'argent que plusieurs personnes ont perdu la vie», a exprimé Marcel Guilbert.  

La candidate à la mairie de Trois-Rivières, Sylvie Tardif, venue d'abord comme citoyenne, était aussi présente à cette vigile. «Je me sentais isolée dans cette souffrance, raconte-t-elle. En étant ici avec d'autres gens, ça permet d'enlever cette tristesse».

«Ça permet de démontrer qu'on se sent concerné et que ça nous touche parce que ça pourrait se passer à Trois-Rivières», a mentionné Julien Bougie. 

Celle qui a organisé cette vigile, la Méganticoise Caroline Mercier, se disait touchée par la présence de tous ces gens dans ce parc du centre-ville. «Le bouche à oreille a fonctionné. Ça me touche énormément. On voit beaucoup de solidarité et c'est naturel», a-t-elle dit. Un livre était aussi mis à la disposition des citoyens afin qu'ils puissent offrir leurs mots d'encouragement, de sympathie et de solidarité. Les messages seront remis à la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche. De son côté, la Croix-Rouge amassait toujours, hier soir, des dons en argent un peu partout au centre-ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer