Une vigile à la chandelle à Trois-Rivières en soutien à Lac-Mégantic

La population de Trois-Rivières est conviée à une... (Agence France-Presse)

Agrandir

La population de Trois-Rivières est conviée à une vigile à la chandelle, vendredi soir au parc Champlain, en soutien à la population de Lac-Mégantic.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurence Lemaire
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le silence parle souvent plus que les mots. Comme les mots manquent pour décrire la tragédie de Lac-Mégantic, la Méganticoise Caroline Mercier, qui vit à Trois-Rivières depuis plusieurs années, invite les citoyens à une vigile à la chandelle vendredi soir au parc Champlain en soutien à la communauté de cette municipalité, durement éprouvée.

La Méganticoise Caroline Mercier invite la population à... (Photo: Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

La Méganticoise Caroline Mercier invite la population à une vigile à la chandelle au parc Champlain dès 21 h vendredi soir en guise de soutien à la population de Lac-Mégantic.

Photo: Stéphane Lessard

«L'idée ce n'est pas de se réunir pour s'indigner, l'idée c'est de se réunir pour s'apaiser, pour se réconforter», souligne Mme Mercier.

Cette dernière souhaite que vendredi, vers 21 h 30, le parc Champlain ne soit éclairé que par la lueur des chandelles et que les gens retiennent leur souffle le temps d'une minute de silence.

«On arrête le chuchotement, on se recueille pour envoyer du positif aux gens de Lac-Mégantic», imagine Mme Mercier, qui espère de tout coeur que les Trifluviens répondront en grand nombre à l'invitation, et que les médias seront présents afin d'immortaliser le moment.

«Au parc des Vétérans à Lac-Mégantic, il y avait des arbres, des bancs de parc, des tables pour manger. C'était l'endroit où les gens fêtaient. Maintenant, il n'y a plus rien... ça fesse», se remémore-t-elle, contemplant le parc Champlain.

Panser les plaies

La Méganticoise, qui vit cette tragédie comme une «dévastation intérieure», pense que les citoyens de Trois-Rivières et d'ailleurs sont également touchés d'une manière ou d'une autre par les récents événements.

«C'est une rage qui nous habite, on est fâchés, on se sent impuissants. Il faut faire taire cette rage et cette émotion», pense celle qui n'a pas hésité à initier la tenue de la vigile dans la ville. «Ce projet me donne de l'énergie», soutient Mme Mercier, visiblement émue.

Les Trifluviens ne seront d'ailleurs pas les seuls à se recueillir vendredi soir puisqu'au même moment, des gens de Québec, Montréal, en passant par les Îles-de-la-Madeleine, se joindront à cette chaîne de solidarité humaine.

«C'est l'effet de masse qui va créer l'apaisement. Ça va faire l'effet d'un baume sur leurs plaies», pense Mme Mercier, convaincue que les gens de Lac-Mégantic apprécieront ce soutien moral quand ils verront que toute la population est derrière eux.

Reconnecter avec l'humain

Depuis qu'elle a appris la triste nouvelle sur les réseaux sociaux samedi dernier, Mme Mercier cherche en vain à comprendre. «C'est difficile de ne pas se faire happer par la télévision, de lire tout ce qu'écrivent les journalistes pour connaître les derniers développements», admet celle qui éprouve encore beaucoup de difficulté à sortir de ce tourbillon médiatique. Selon elle, les gens ont besoin de comprendre pour éventuellement passer à autre chose. «On n'a pas le choix, il faut comprendre ce qui s'est passé.»

Cette dernière pense que la vigile de vendredi permettra justement de faire une pause, de s'extirper momentanément de la tempête médiatique et d'ainsi renouer avec ce qui est humain.

«On regarde la télé, on trouve ça épouvantable, on vit cette tragédie chacun dans notre salon collé à notre écran», déplore cette dernière, qui veut briser cette solitude. Chaque action compte selon

Mme Mercier, et cette vigile sera l'occasion pour tous d'aider comme ils le peuvent.

La Méganticoise, qui a un pied-à-terre avec sa soeur dans un camping situé en périphérie de Lac-Mégantic, rappelle que la vie doit suivre son cours.

«Ma soeur me témoignait que les gens peuvent se baigner au Camping de la Baie-des-Sables, et c'est un endroit magnifique, rapporte-t-elle. Il ne faut pas que ça s'arrête.»

Les gens qui désirent participer à la vigile à la chandelle peuvent se présenter dès 21 h au parc Champlain avec leur bougie. Le moment est symbolique puisqu'il y a une semaine jour pour jour, le 6 juillet dernier, s'enflammait le centre-ville de Lac-Mégantic aux petites heures du matin, plongeant la municipalité dans une tragédie sans précédent.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer