Marc Isabelle: «Je ne souhaite pas ça à mon pire ennemi»

Marc Isabelle doit répondre à 16 chefs d'accusation... (Photo: Archives)

Agrandir

Marc Isabelle doit répondre à 16 chefs d'accusation pour des crimes à caractère sexuel qui auraient été commis sur plus de 20 ans. Il continue son travail à l'école de musique Au coin des artistes et participe aussi à l'organisation du Sud en fête, un peu plus dans l'ombre cependant.

Photo: Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Près d'un an après le dépôt de 16 chefs d'accusation pour divers crimes à caractère sexuel, Marc Isabelle travaille toujours à la réussite du Sud en fête à l'Horloge du millénaire du secteur Shawinigan-Sud. Le premier d'une série de six spectacles se déroulera le 23 juin et mettra en vedette Anik St-Pierre et le groupe Boulevard.

M. Isabelle convient que sa vie a complètement basculé le 17 juillet 2012, lorsque les policiers de la Sûreté du Québec ont procédé à son arrestation. Il a comparu le lendemain, au palais de justice de Shawinigan. Depuis, sa cause a été reportée à quatre occasions. L'affaire doit revenir devant le tribunal le 21 juin.

Ces mises en accusation avaient évidemment provoqué l'effet d'une bombe à Shawinigan. M. Isabelle y exploite, en compagnie de Mme St-Pierre, l'école de musique Au coin des artistes depuis plusieurs années.

Le couple avait aussi pris en charge l'organisation du Sud en fête l'an dernier. L'épisode judiciaire n'avait aucunement nui à la programmation. Les spectateurs s'étaient encore rendus en grand nombre aux cinq spectacles proposés tout au long de l'été.

M. Isabelle demeure dans l'organisation du Sud en fête cette année malgré les circonstances, mais Mme St-Pierre a pris plus de place dans les négociations pour les spectacles et la recherche de financement.

L'expérimenté musicien clame évidemment son innocence au sujet des chefs d'accusation déposés contre lui. Il reconnaît que la dernière année n'a pas été facile à traverser.

«Nous sommes toujours en attente», commente-t-il, au sujet des procédures. «C'est plate, parce que c'est sûr que ça nous a affectés. On ne peut pas le cacher. C'est épouvantable, le coup que ça m'a donné. On vit avec les contrecoups de ça.»

«Je me mets dans la peau de M. Tout-le-monde et je comprends très bien qu'il garde toujours quelque chose de ça», ajoute-t-il. «Même s'il n'y a absolument aucune accusation fondée, ça reste une accusation. Ça part d'une petite chicane et ça a fait un gros plat. Aujourd'hui, je trouve ça vraiment facile de détruire quelqu'un! Il faut être dedans pour le savoir. Je ne souhaite pas ça à mon pire ennemi.»

Dans le cadre de ses fonctions professionnelles, M. Isabelle n'ose pas trop analyser s'il a observé un changement dans le comportement du milieu à son endroit.

«Je ne parle plus beaucoup aux gens; c'est toujours Anik», explique-t-il. «Tous les gens qui nous connaissent bien sont encore plus près de nous. Mais je suis certain que ça nuit à certaines affaires. Notre école a diminué, ça ne peut pas faire autrement. On ne peut pas dire que ça va mal, mais ça a déjà été beaucoup mieux.»

M. Isabelle fait aussi remarquer que l'école a déménagé fréquemment au cours des dernières années, dont un passage qui s'est terminé en queue de poisson au Centre Montfort. Cette instabilité n'a certainement pas aidé.

«Il y a eu aussi la vague Bryan Audet», rappelle-t-il. «Nous avions un noyau très fort il y a trois ans. Nous sommes retombés avec un cycle beaucoup plus jeune.»

Support de la Ville

Le conseil municipal de Shawinigan devrait adopter une résolution, à sa séance régulière du 11 juin, qui confirmera l'aide financière qui sera accordée au Sud en fête pour la prochaine édition. François St-Onge, directeur des communications à l'hôtel de ville, souligne que le service des loisirs formulera une recommandation positive aux élus.

L'an dernier, la Ville avait accordé 8665 $. M. Isabelle s'attend à recevoir au moins le même montant pour cette cinquième édition, surtout qu'un spectacle de plus sera proposé. Pour donner un peu d'air à l'organisation, les dons volontaires seront sollicités à nouveau cette année. La configuration du site ne permet pas l'imposition de frais d'entrée.

Après la soirée inaugurale du 23 juin sous le thème de la fête nationale, le Sud en fête donnera rendez-vous à la population les 4 et 18 juillet, de même que les 1er, 15 et 29 août. L'identité des artistes qui offriront des prestations sera dévoilée au cours des prochains jours.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer