Les Snowbirds atterrissent en ville

L'équipe de démonstration aérienne des Snowbirds est arrivée à Trois-Rivières.... (Olivier Croteau)

Agrandir

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) L'équipe de démonstration aérienne des Snowbirds est arrivée à Trois-Rivières. Les avions ont survolé le ciel de la cité de Laviolette jeudi après-midi avant d'atterrir à l'aéroport pour s'y installer, le temps d'un week-end. Les spectacles de Trois-Rivières sont, pour la caporale Annie Bourassa, une Trifluvienne d'origine, un véritable retour aux sources.

La Trifluvienne Annie Bourassa est technicienne en aéronautique... (Photo: Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

La Trifluvienne Annie Bourassa est technicienne en aéronautique pour les Snowbirds.

Photo: Olivier Croteau

En fin d'après-midi, un CF-18 a quitté la base militaire de Bagotville pour rejoindre les Snowbirds. Celui-ci a également fait quelques passages au-dessus de Trois-Rivières. Il devait arriver plus tôt, mais des problèmes de radar l'ont retardé. Leurs vols dans le ciel de Trois-Rivières ne sont pas passés inaperçus. Plusieurs curieux sont sortis de chez-eux pour les observer.

Parmi les membres de cette impressionnante caravane, on retrouve la caporale Annie Bourassa, une technicienne en aéronautique originaire de Trois-Rivières. Son parcours est pour le moins inusité.

Annie Bourassa travaillait chez Kruger jusqu'en 2008. Elle a a été pendant cinq ans opératrice sur les machines à papier de l'usine de Trois-Rivières. Lors de mises à pied, elle n'a eu d'autre choix que de réorienter sa carrière. Attirée par l'aviation, elle a décidé de faire le grand saut.

«J'ai toujours aimé l'aviation, sans rien connaître du tout. Je trouvais ça intéressant. Alors, j'ai saisi l'opportunité», précise Mme Bourassa.

Annie Bourassa s'est enrôlée dans l'Aviation royale canadienne et a suivi son cours de technicienne en aéronautique. Après sa formation, on lui a offert un poste au sein de la prestigieuse équipe de démonstration des Snowbirds. Elle est maintenant la mécanicienne de l'avion numéro 4.

«C'est assez rare de pouvoir travailler rapidement comme ça avec les Snowbirds», avoue-t-elle. «Avec un autre escadron, je travaillerais surtout sur des avions de transport comme des Hercules.»

La jeune mécanicienne aéronautique accompagne cette année la caravane des Snowbirds un peu partout en Amérique du Nord. Annie Bourassa vit sa première tournée. Elle souligne qu'une franche camaraderie règne au sein de l'équipe des Snowbirds. Environ 25 personnes, pilotes et techniciens, participent à la tournée de spectacles et vivent ensemble la moitié de l'année.

«Nous sommes sur la route six mois par année lorsqu'on travaille pour les Snowbirds. C'est vraiment différent», souligne la caporale. «Nous sommes comme une petite famille.»

Les avions CT-114 Tutor utilisés par les Snowbirds célèbrent cette année leur cinquantième anniversaire. L'Aviation royale canadienne a utilisé ces avions pour l'entraînement de ses pilotes jusqu'au début des années 2000.

L'âge de ces avions représente un véritable défi pour les mécaniciens de l'escadron. «Le plus gros défi lorsqu'on travaille sur cet avion est l'âge. Ce sont des avions qui ont 50 ans. Pour que ça soit sécuritaire, il faut faire des inspections tous les jours.»

Le travail d'une mécanicienne d'un avion des Snowbirds est très différent de celui des mécaniciens des autres escadrons, particulièrement lorsque la caravane est sur la route.

«Sur la route c'est beaucoup de pression. On ne sait jamais quand nous allons finir notre journée. Après la journée, si l'avion est brisé, il faut qu'il soit réparé pour le lendemain», explique la caporale Bourassa.

Annie Bourassa se considère malgré tout «chanceuse» de faire partie de l'équipe de démonstration de l'Aviation royale canadienne. «J'apprécie d'avoir eu la chance de commencer ma carrière sur les Snowbirds.»

Annie Bourassa profite de son passage à Trois-Rivières pour rendre une petite visite à sa famille. «Normalement, ils ne me voient que deux fois par année», lance-t-elle avec le sourire. «Les membres de ma famille sont tous super excités que je sois ici. Ils vont venir voir le spectacle et voir pour la première fois ce que je fais vraiment.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer