Un avion s'écrasera à Trois-Rivières...

L'aéroport de Trois-Rivières sera le théâtre d'une importante... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

L'aéroport de Trois-Rivières sera le théâtre d'une importante simulation de mesures d'urgence jeudi.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Un avion s'écrasera à Trois-Rivières, jeudi, dans le secteur de l'aéroport. L'accident entraînera un spectaculaire déploiement des mesures d'urgence.

Comment fait-on pour parler ainsi avec certitude d'un incident à venir? Simple. Parce qu'il s'agit d'une simulation planifiée par la sécurité publique et la Ville de Trois-Rivières pour mettre à l'épreuve différents plans de mesures d'urgence.

La Ville avait donné un contrat, en janvier dernier, à la firme Productions Intex, pour orchestrer cette simulation d'une intervention d'urgence à l'aéroport. Il s'agit d'un mandat d'environ 21 500 $ pour l'entreprise en question.

«C'est le premier exercice de cette envergure-là à Trois-Rivières», avance le directeur des communications à la Ville, François Roy. «Et c'est la première fois qu'on teste véritablement le plan d'urgence de l'aéroport», ajoute-t-il.

Selon M. Roy, plusieurs dizaines de figurants seront impliqués dans la reconstitution de cette scène d'accident: des blessés, bien sûr, mais aussi des pompiers, des policiers, des faux journalistes, des gens qui appellent les mesures d'urgence ou de simples curieux.

Physiquement, il devrait y avoir un avion «écrasé», mais la Ville préfère pour l'instant ne pas trop donner de détails sur le scénario et sur le degré de réalisme de la reconstitution de la scène d'accident. «Il faut en fait trouver un avion pour les besoins de la simulation, puisqu'il y aura des blessés dans l'appareil», se limite à dire François Roy.

Celui-ci rappelle qu'un tel exercice devait d'ailleurs initialement être tenu en 2011 mais il avait alors été impossible de trouver un avion pour les besoins de la scène.

La simulation mettra à l'épreuve les connaissances, les habiletés et la rapidité de déploiement des policiers, des pompiers, des ambulanciers, des intervenants du milieu hospitalier, des spécialistes en communications, etc.

À la Ville, on indique que l'exercice ne devrait pas avoir d'impact sur la circulation ou sur les activités courantes des citoyens, puisque l'aéroport est quand même assez isolé. «Mais il y aura quand même du mouvement, notamment du transport de blessés», indique M. Roy.

D'ailleurs, la Ville lancera aujourd'hui un appel de téléphonie ciblée pour les citoyens ou les propriétaires d'entreprises situées dans le périmètre de l'aéroport et du parc industriel des Hautes-Forges, afin de les aviser de la tenue de cette simulation, le jeudi 23 mai. On leur mentionnera qu'il s'agit bel et bien d'un exercice et que tout sera terminé à 16 heures.

«Une simulation comme celle-là, ça fait partie des outils pour valider nos plans de mesures d'urgence. Ça démontre aussi que c'est quelque chose qu'on prend très au sérieux», résume François Roy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer