S'injecter... sans aiguille et sans douleur

Le stylo injecteur sans aiguille Injex....

Agrandir

Le stylo injecteur sans aiguille Injex.

Partager

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les nostalgiques de Star Trek se souviendront sûrement du bon vieux
Dr McCoy et de son petit appareil qui permettait d'injecter instantanément des médicaments, sans douleur et sans aiguille. Cette technologie futuriste existe depuis peu et on en trouve même différents modèles maintenant.

Le plus récent vient tout juste de faire son apparition sur le marché canadien. De conception allemande, le Injex est commercialisé par Marketing Médical Canada inc.

Son président, Benoit Côte, estime qu'il s'agit d'une véritable révolution, en particulier pour les diabétiques.

C'est que l'appareil ne cause aucune douleur et ne perce pas la peau comme le ferait une aiguille. Conçu strictement pour les injections sous-cutanées, il est doté d'un «système de pression biomécanique rechargeable», explique-t-il, qui ne cause pas d'ecchymose, contrairement à d'autres appareils du même genre.

Le président de Diabète Mauricie, Marc Lamoureux, connaît le produit et prévoit qu'il figurera avec d'autres technologies d'injection au catalogue 2013 créé par son association pour informer les membres.

Diabète Mauricie, tout comme Diabète Québec, s'est toutefois donné comme mot d'ordre de n'appuyer aucune publicité ni aucun produit plus qu'un autre. N'empêche que Diabète Mauricie n'a «aucune objection», face à ce produit, assure M. Lamoureux. Ce dernier se réjouit, au contraire, de voir de nouvelles technologies faire leur entrée sur le marché.

À l'Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec, on connaît aussi cette technologie. Elle n'est toutefois pas encore employée dans les établissements de santé. On constate que les plus grands utilisateurs sont les clients des cliniques de diabète, explique Isabelle Rioux du service des communications de l'Agence.

Ce qui freine peut-être l'utilisation de ce produit révolutionnaire, c'est son prix et le fait qu'il ne figure pas encore sur les codes de remboursement de la Régie de l'Assurance maladie du Québec, bien qu'il soit reconnu par Santé Canada comme étant un instrument médical de classe 2, c'est-à-dire qu'il peut être acheté par n'importe qui en fonction de l'utilisation recommandée, explique Benoit Côte.

Une trousse de départ, avec quelques ampoules, coûte en effet dans les 600 $.

La compagnie souhaite d'ailleurs approcher aussi les compagnies d'assurances afin de rendre le produit remboursable.

Benoit Côte est malgré tout convaincu de la valeur de son produit. Lui-même diabétique de type 2, il constate que l'Injex évite les inconvénients et les blessures, surtout chez les enfants.

«Dans le diabète juvénile, le problème avec les enfants, c'est qu'ils ont la peau tellement mince que des fois, ils vont faire un accident et se faire une injection intramusculaire, ce qui peut provoquer une hypoglycémie. Avec l'Injex, il n'y a pas d'invasion», dit-il. «Et puis s'injecter régulièrement, des fois aux mêmes endroits, crée parfois des nécroses tissulaires parce qu'on fait une invasion de la peau. Avec l'Injex, il n'y a pas ce problème», renchérit M. Côte.

La porte-parole de l'Agence de santé indique toutefois que «les gens utilisent encore les stylos injecteurs avec aiguille parce qu'apparemment, avec le temps, ils se sont améliorés et les aiguilles sont tellement fines que ça ne fait pas plus mal qu'un stylo injecteur sans aiguille», estime-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer