Marie-sol Saint-Onge: il y a un an, tout basculait

C'est avec la fierté de pouvoir se tenir... (photo: émilie o'connor)

Agrandir

C'est avec la fierté de pouvoir se tenir debout à l'aide de ses nouvelles prothèses que Marie-Sol Saint-Onge a posé en compagnie de son conjoint, Alin Robert, ainsi que René Doucet et Denise Lachapelle de la Légion royale canadienne.

photo: émilie o'connor

Partager

(Trois-Rivières) La journée internationale de la femme conservera à jamais une signification particulière pour Marie-Sol Saint-Onge. Le 8 mars 2012, l'artiste-peintre entrait à l'hôpital pour soigner ce qu'elle croyait être un simple virus. Quelques semaines plus tard, après avoir été foudroyée par la bactérie mangeuse de chair, elle devait être amputée aux deux bras et aux deux jambes.

Un an plus tard, armée d'un courage à toute épreuve, elle peut désormais se déplacer à l'aide de prothèses fémorales ainsi que de béquilles. Voilà un scénario qu'elle était bien loin de s'imaginer alors qu'elle luttait pour sa vie il n'y a pas si longtemps. «C'est gratifiant de voir tout le chemin parcouru depuis un an», lance la femme de 35 ans.

Par ailleurs, sur sa page Facebook (Aidez Marie-Sol), elle et son conjoint, Alin Robert, ont publié une vidéo qui témoigne de tout le cheminement vécu par la famille depuis le 8 mars dernier. Encore une fois, cette nouvelle démonstration de détermination a déclenché une avalanche de commentaires d'admiration.

Marie-Sol Saint-Onge ne s'en cache pas, à chaque fois qu'elle reçoit un message d'encouragement, cela la motive à redoubler d'ardeur dans sa réhabilitation. «Je défonce toutes les statistiques!, sourit-elle. Ça devait prendre trois mois pour apprendre à marcher avec mes prothèses et ça m'a plutôt pris quatre semaines!»

Toujours prêt à encourager sa tendre moitié, Alin Robert est aussi épaté de voir les progrès. «Les gens disaient que ça allait être long mais c'est tellement encourageant de constater que les résultats sont au rendez-vous», dit-il.

En plus de pouvoir marcher, Marie-Sol a également renoué depuis quelque temps avec sa passion: la peinture. Dans son atelier, elle s'est une fois de plus surpassée, laissant aller toute sa créativité.

«Je m'attendais à ce que ce soit plus laborieux et que je sois plus frustrée. J'ai été agréablement surprise du résultat. Évidemment, mon trait a changé. C'était plus détaillé avant mais ça va me permettre d'ajouter plus de caractère dans mes oeuvres maintenant», s'exclame-t-elle, avec une étincelle dans les yeux.

«J'ai juste besoin d'aide quand c'est le temps de laver mes pinceaux!», rigole-t-elle en jetant un regard complice à l'homme à qui revient cette tâche, son conjoint Alin.

Nouvelle activité-bénéfice

Depuis sa quadruple amputation, de nombreux élans de solidarité et de générosité ont été observés à travers la région et même la province. Après un encan virtuel et un quillothon, entre autres, voilà que la filiale 204 de la Légion royale canadienne tiendra un souper-bénéfice pour la famille éprouvée, le samedi 4 mai au Centre des Ormeaux, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Le coût du billet a été fixé à 15 $ et tous les profits seront remis à Marie-Sol. Il est possible de s'en procurer en contactant la Légion au 819 375-1130. Les organisateurs souhaitent parvenir à attirer de 300 à 350 personnes lors de cet événement qui présentera des prestations musicales de Carmen Dessureault ainsi que Patrick Balleux (Elvis On Stage).

«Ces collectes de fonds nous permettent de nous rapprocher de la vie qu'on avait avant. On ne cesse de remercier les gens pour leur soutien», indique la mère de Ludovic et Louis-Matis.

D'ici cette soirée, l'artiste-peintre aura franchi une nouvelle étape importante dans son retour «vers une vie normale», comme elle le dit. Marie-Sol aura en effet reçu ses nouvelles prothèses fémorales, à la fine pointe de la technologie, ainsi que sa prothèse pour la main, de type I-Limb, qui lui permettra de manipuler des objets avec beaucoup de précision. «Je vais être complètement de retour à la maison pour le mois de mai!», lance-t-elle, remplie d'enthousiasme, après plusieurs mois passés

à se promener entre Trois-Rivières et Montréal pour la réhabilitation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer