Policiers suspendus: «Où il y a des hommes, il y a de l'hommerie»

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, ne serait pas surpris de voir... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Photo: Stéphane Lessard

Partager

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, ne serait pas surpris de voir diffusée dans les médias la vidéo montrant l'intervention musclée de quatre policiers sur un individu qui aurait commis un vol qualifié dans un commerce du boulevard des Récollets, le 3 février dernier.

Lundi, le maire et les membres du conseil municipal ont eu droit à un rapport du directeur général sur la suspension avec solde de ces quatre policiers, soupçonnés de voies de fait à la suite de l'arrestation du suspect, Alexis Vadeboncoeur, 19 ans, dans la cour du Cégep de Trois-Rivières. Le suspect aurait braqué, avec un pistolet à plomb, trois employés de la pharmacie Jean Coutu du boulevard des Récollets afin d'obtenir des Dilaudid et de l'argent. Il aurait ensuite pris la fuite avant d'être intercepté par les policiers.

La scène aurait été captée par les caméras de surveillance de l'établissement, selon certaines sources. Les policiers qui sont intervenus pourraient avoir usé d'une force plus grande que nécessaire pour l'arrêter.

Les policiers ont été suspendus avec solde le 8 février dernier, après qu'une version de l'arrestation eut été rapportée à la Sécurité publique, version qui différait de celle contenue au rapport de police.

Les quatre policiers ont été désarmés le temps qu'une enquête, menée par la division des normes professionnelles de la Sûreté du Québec, suive son cours.

«Le directeur général, conformément à ce que prévoient les dispositions de la Loi sur les cités et villes, a informé les membres du conseil de la suspension des quatre policiers. Dans ce dossier-là, on y va selon les recommandations de notre directeur de police. Vous savez, ce n'est pas la première fois que ça arrive des histoires comme celle-là. Là où il y a des hommes, il y a de l'hommerie», a commenté le maire.

Celui-ci indique que les autorités municipales, aussi bien le chef de police que le directeur général, ont réagi rapidement à la suite des éléments nouveaux qui ont été portés à l'attention de la police dans ce dossier.

Le maire affirme qu'il n'a pas vu la fameuse vidéo qui circulerait et que les procureurs des parties auraient maintenant en leur possession. «Mais d'après moi ce ne sera pas long qu'elle va se retrouver dans les médias», remarque-t-il avec un sourire en coin.

Les policiers en question sont toujours sous le coup de leur suspension avec solde. De son côté, Alexis Vadeboncoeur a formellement été accusé, le 4 février, de vol qualifié, braquage d'une arme à feu, port de déguisement (cagoule) et possession de stupéfiants pour fins de trafic. Le jeune homme présentait des blessures apparentes lors de sa comparution.

Il sera de retour en cour demain dans le cadre de son enquête sur détention.

Il a désormais un nouvel avocat, soit Me René Duval en remplacement de Me David Grégoire.

Avec la collaboration de Nancy Massicotte

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer