Nouveau colisée à Trois-Rivières: une étape importante est franchie

Le projet du colisée du Centre sportif Alphonse-Desjardins... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Le projet du colisée du Centre sportif Alphonse-Desjardins est à l'étude par Infrastructure Québec alors que la phase II d'agrandissement du CHRTR est en haut des priorités en santé du gouvernement pour la région.

Photo: Stéphane Lessard

Partager

(Québec) Les projets du nouveau colisée du Centre sportif Alphonse-Desjardins, de la phase II d'agrandissement du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières (CHRTR) ainsi que de l'implantation d'un service d'hémodynamie à cet hôpital ont rebondi mercredi soir en commissions parlementaires à l'Assemblée nationale.

Le Centre hospitalier régional de Trois-Rivières.... (Photo: Archives Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le Centre hospitalier régional de Trois-Rivières.

Photo: Archives Le Nouvelliste

La députée de Trois-Rivières, Danielle St-Amand.... (Photo: Stéphane Lessard) - image 1.1

Agrandir

La députée de Trois-Rivières, Danielle St-Amand.

Photo: Stéphane Lessard

Le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Sylvain Gaudreault, a confirmé que le projet du Centre sportif Alphonse-Desjardins, évalué à 53,6 millions $ et financé à 50 % par le gouvernement, était désormais à l'étude par Infrastructure Québec. Il s'agit d'une étape importante pour ce projet sportif majeur.

Cette déclaration du ministre Gaudreault survient alors que de l'incertitude planait sur ces trois projets, dont le coût est évalué à 110,1 millions $, depuis que le gouvernement péquiste a remis à l'étude bien des projets d'infrastructure.

«Je suis confiante que les trois projets cheminent», affirmait mercredi soir la députée de Trois-Rivières après avoir questionné en commissions parlementaires les ministres de la Santé etdes Services sociaux, Réjean Hébert, et le ministre Sylvain Gaudreault.

Le ministre Gaudreault a aussi affirmé qu'il connaissait très bien le dossier du Centre sportif Alphonse-Desjardins et qu'il était favorable aux discours de saines habitudes de vie véhiculés par les promoteurs du projet.

«Le ministre m'a assuré que le dossier cheminait bien. C'est très positif», précise la députée de Trois-Rivières.

La députée St-Amand croit bien que les deux projets du CHRTR seront réalisés. Le ministre de la Santé et des Services sociaux lui a affirmé hier soir lors de la Commission parlementaire sur la Santé et les Services sociaux que la phase II était en tête de liste des priorités de la Mauricie. Ce projet est évalué à 51,5 millions $.

«Le ministre s'est montré sympathique au projet», précise Danielle St-Amand qui croit que le projet se réalisera. «Le ministre Réjean Hébert a dit qu'il comprenait l'importance de ce projet pour la Mauricie. Quand il dit que le projet est en haut de la liste, je vois ça d'un bon oeil.»

Rappelons que 6,1 millions $ ont déjà été dégagés par le précédent gouvernement pour la réalisation des plans et devis pour cette phase II du CHRTR. Toutefois, le gouvernement du Québec a déjà annoncé qu'il couperait 465 millions $ en santé. Les détails de ces coupes n'ont pas encore été entièrement annoncés.

Le projet d'hémodynamie est dans les cartons du CHRTR depuis près de dix ans. Trois-Rivières est le seul grand centre du Québec à ne pas avoir ce service à moins d'une heure de route.

Danielle St-Amand, qui a déjà été présidente de la Fondation du CHRTR, rappelle que ce service pourrait permettre de réaliser 1500 procédures coronariennes chaque année à Trois-Rivières.

Ce projet, évalué à 3 millions $, coûterait en tout 5 millions $, si on considère que les locaux où se trouverait ce nouveau service n'existent pas encore. «Ce n'est pas dispendieux. Nous en avons besoin», clame la députée de Trois-Rivières.

Les ministres péquistes ont également assuré à la députée de Trois-Rivières qu'ils ne font pas avec ces projets de débats partisans. «Les deux ministres m'ont affirmé qu'ils se détacheraient de la partisanerie politique. Ils n'en feront pas sur le dos des gens de la Mauricie», ajoute Danielle St-Amand. «Je souhaite que ça se traduise par des annonces concrètes.»

Par ailleurs, la députée de Trois-Rivières soutient que la Mauricie doit voir la réalisation de ces trois projets. «La population a besoin de ces projets. Nous avons été échaudés ces derniers mois. La région a même pensé qu'elle était punie par le gouvernement», précise Danielle St-Amand.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer