Angers veut accélérer les acquisitions dans le parc industriel

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Photo: Stéphane Lessard

Partager

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le maire de Shawinigan, Michel Angers, souhaite que toutes les acquisitions de terrains nécessaires à la réalisation du parc industriel à grand gabarit dans le secteur Saint-Georges soient complétées dans un peu plus d'un mois, au début du printemps.

En séance régulière hier soir, le conseil municipal a adopté quatre résolutions qui permettent à la Ville d'acheter six lots de quatre propriétaires différents, pour la somme de 448 250 $.

Depuis septembre, l'administration municipale a réussi à mettre la main sur 21 propriétés, pour un montant de 2 528 374 $. Lorsqu'elle avait annoncé sa volonté de concevoir ce parc industriel à grand gabarit en avril 2012, la Ville avait précisé que 26 propriétés, dont sept résidences, étaient visées.

Le processus a donc repris un rythme normal, après avoir été suspendu pendant quelques semaines à l'automne en raison d'un différend avec la firme Servitech, qui était chargée de l'évaluation des terrains et des maisons à acquérir. La Ville négocie maintenant directement avec les personnes touchées et jusqu'à maintenant, cette stratégie semble donner de bons résultats.

« Nous avons aussi quelques ententes de principe qui seront adoptées bientôt », commente le maire. « Jusqu'à maintenant, ça va bien. On souhaite en arriver à une entente avec tout le monde. »

Évidemment, les cas plus difficiles sont gardés pour le dessert. M. Angers assure que pour le moment, le mot « expropriation » ne fait pas partie de son vocabulaire dans ce dossier.

« Pas jusqu'à date », indique-t-il. « Mais il faut voir... Je me donne encore quelques semaines. Après ça, il va falloir avancer. Je vais avoir des réponses bientôt. Quand je les aurai, il faudra accélérer. »

« Pour le moment, les canaux demeurent ouverts », ajoute le maire. « Nous allons traiter tout le monde correctement, mais je le répète, nous ne sommes pas un casino, ni une banque. »

Rappelons que l'hypothèse d'aménager un parc industriel à grand gabarit dans le secteur Saint-Georges circulait depuis longtemps à Shawinigan. La possibilité d'y attirer une multinationale brésilienne a incité le conseil municipal à dépoussiérer ce projet en catastrophe l'an dernier.

Aucune annonce officielle n'a encore été faite sur la venue de cette importante usine de transformation. Néanmoins, tout ce branle-bas alimente bien des espoirs dans une ville durement touchée par les mises à pied dans le secteur industriel.

M. Angers ne craint pas de fabriquer un mirage à la population, un peu comme ça s'est produit dans le parc industriel et portuaire de Bécancour avec Rio Tinto Fer et titane.

« On n'est pas dans le même marché », souligne-t-il. « C'est totalement différent. Le nôtre est en prospection et en croissance. Nous ferons une annonce dès que tout sera attaché. »

Le scénario privilégié par la Ville voudrait que la multinationale Rima s'installe éventuellement sur cette propriété de 170 hectares. Spécialisée dans la transformation de métaux, la compagnie pourrait créer jusqu'à 300 emplois à Shawinigan.

En début d'année, M. Angers affirmait que même si cette cible échouait, la pertinence de réaliser un parc industriel à grand gabarit ne faisait aucun doute dans son esprit afin d'avoir les outils pour attirer des joueurs majeurs. La Ville a prévu un investissement total de 16 millions de dollars d'ici 2015 pour aménager ce complexe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer