La Jeune chambre plaide pour l'entrepreneuriat jeunesse

Marili Desrochers... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Marili Desrochers

Photo: Stéphane Lessard

Partager

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Jeune Chambre de commerce de la Mauricie profitera de sa première présence à une commission parlementaire pour justement défendre la place des jeunes dans l'après Gentilly-2.

Non seulement réclame-t-elle un siège au comité du Fonds de diversification économique, mais la JCCM demande que 20 % des 200 millions de dollars soient réservés pour des projets de démarrage et de relève entrepeneuriale portés par de jeunes promoteurs âgés de 40 ans et moins.

Ayant toujours appuyé la réfection de la centrale, l'organisme fera savoir la semaine prochaine qu'il est défavorable à sa fermeture et à son déclassement.

«Advenant que la décision de déclasser la centrale Gentilly-2 soit irrévocable, la Jeune Chambre propose que le Fonds soit utilisé de manière à soutenir l'entrepreneuriat jeunesse», peut-on lire dans la version préliminaire du mémoire dont Le Nouvelliste a obtenu copie.

Le document fait la démonstration étoffée des pertes économiques, des pertes d'emplois et de l'exode des jeunes découlant de la fermeture de Gentilly-2. Et selon la Jeune Chambre, il faut trouver des incitatifs pour contrer ces impacts. «L'attrait d'entreprises d'envergure est fort louable, mais l'aide à la relève entrepreneuriale et au démarrage d'entreprise ne doit pas être négligée pour autant», fera remarquer la présidente Marili Desrochers.

À l'instar des autres intervenants régionaux, la JCCM juge «nettement insuffisant» le Fonds mis en place par Québec.

«Pour combler les investissements qui étaient prévus pour la réfection de la centrale, il faudrait que le gouvernement injecte au moins 200 millions de dollars par année pendant 25 ans», croit l'organisme.

Dans une région vieillissante, aux prises avec un taux de chômage élevé, il est clair pour la Jeune Chambre que la solution passe par le soutien à l'entrepreneuriat, particulièrement l'entrepreneuriat jeunesse. Et le transfert d'entreprise est un volet que la JCCM considère important dans le redressement de la Mauricie.

«Le financement des PME actuellement disponible est déficient et peu accessible pour les entreprises en démarrage et pour les releveurs intéressés. C'est pourquoi la Jeune Chambre souhaite que le Fonds participe à renverser cette dangereuse tendance et demande qu'une partie soit réservée pour des projets d'entrepreneuriat jeunesse», lancera-t-on comme message mercredi prochain.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer