Entente à l'amiable: le maire Lévesque fait volte-face

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

Photo: Émilie O'Connor

Partager

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Maintenant que l'enquête policière portant sur l'administration et l'organisation des Fêtes du 375e de Trois-Rivières est terminée, Yves Lévesque préfère faire preuve de patience avec le projet d'entente à l'amiable à venir avec Steve Dubé et Alain Lamarre.

Le Nouvelliste révélait mardi que Steve Dubé et Alain Lamarre toucheraient 125 000 $ chacun à la suite de l'adoption prochaine par le conseil trifluvien d'un projet de règlement à l'amiable. Moyennant cette somme d'argent, les deux hommes abandonneraient leur poursuite déposée contre la Ville de Trois-Rivières, sept conseillers municipaux, la Corporation de l'Amphithéâtre et la vérificatrice générale Andrée Cossette. La poursuite de messieurs Dubé et Lamarre s'élève à 1,7 million de dollars.

Le plan initial était que les membres du conseil donnent leur avis sur ce projet d'entente lors de la prochaine séance publique du conseil qui aura lieu le 4 février. Ce ne sera pas le cas.

«On met le projet de résolution sur la glace. Tant qu'on n'a pas les conclusions de l'enquête, on va attendre», déclare le maire de Trois-Rivières.

La préparation d'un projet de règlement à l'amiable repose sur une volonté de mettre un frein à des dépenses d'avocats. Et selon Yves Lévesque, le projet de règlement contiendrait une clause faisant état de l'enquête policière menée à l'égard de l'organisation du 375e. Tant qu'à écrire cette clause, aussi bien attendre les conclusions, soutient-il, même si cela pourrait prendre un certain temps.

«Les 300 000 $ dépensés en avocats, c'est fait. Le reste, c'est pour le procès et on ne veut pas se rendre jusque-là. On sait que le dossier de l'enquête (sur l'organisation des Fêtes du 375e) est fermé et qu'il est rendu dans les mains des procureurs. On espère que les procureurs vont statuer rapidement. On pense que le procès (dans le dossier de la poursuite de messieurs Dubé et Lamarre) va peut-être se faire dans un an. On a du temps devant nous», estime Yves Lévesque, qui rappelle que le coeur du projet de règlement à l'amiable sera conservé.

Si les procureurs décident de déposer des accusations contre messieurs Dubé et Lamarre, Yves Lévesque précise que la Ville ne bougera pas. Il veut connaître la fin de cette histoire avant de poser quelque geste que ce soit.

«Si M. Dubé et M. Lamarre sont trouvés coupables, on agira en conséquence, souligne M. Lévesque. J'ai toujours dit qu'on défendra ce qui est défendable.»

Du côté du Groupe des sept, Sylvie Tardif accueille avec satisfaction cette décision du maire Lévesque. «C'est une sage décision», lance la conseillère du district Marie-de-l'Incarnation.

Pour elle, qui est au nombre des personnes visées par la poursuite intentée par messieurs Dubé et Lamarre, il est primordial d'attendre de voir ce que feront les procureurs au dossier avant de conclure une entente avec eux. «On doit avoir tout le portrait avant de prendre une décision. On ne peut présumer de rien mais s'il advenait que des accusations étaient portées, à ce moment-là la Ville aurait payé pour rien», ajoute-t-elle.

Avec la collaboration de Vincent Gauthier

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer