Héma-Québec s'installe à Trois-Rivières

Héma-Québec investira 650 000 $ pour ouvrir à Trois-Rivières un... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Héma-Québec investira 650 000 $ pour ouvrir à Trois-Rivières un centre de prélèvement destiné exclusivement à la collecte de plasma.

La Presse Canadienne

Partager

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Héma-Québec ouvrira cet automne à Trois-Rivières un centre de prélèvement de donneurs destiné à la collecte de plasma afin de répondre à une demande incessante provenant des fabricants de médicaments pour ce composant du sang.

Ce projet, une première au Québec, nécessite un investissement de 650 000 $ qui servira à aménager le centre et à acheter des équipements.

Avec ce centre, Héma-Québec souhaite faire monter les dons de plasma par aphérèse: ce procédé permet de prélever uniquement le plasma contenu dans le sang d'un donneur. Les autres composants sont ensuite retournés au donneur.

«On est en mesure de répondre aux demandes de plasma pour les centres hospitaliers pour l'aspect transfusionnel. Ce composant sert à traiter les grands brûlés et les hémorragies. Le plasma sert aussi à la fabrication de médicaments pour les personnes qui ont de la difficulté à fabriquer des anticorps. Mais actuellement, le plasma prélevé au Québec couvre 12 % des besoins en fabrication de médicaments. Notre objectif est d'augmenter notre niveau à 20 % d'ici cinq ans. Pour y parvenir, on va implanter des centres de donneurs de plasma», explique Laurent Paul Ménard, directeur des communications d'Héma-Québec.

Devant cette situation, Héma-Québec a réalisé une étude de marché pour identifier le meilleur endroit où lancer ce projet-pilote. Trois-Rivières a été choisie en raison notamment de son bassin de population et du bon niveau de participation des citoyens de la région aux différentes collectes de sang.

«On a analysé le bassin de donneurs et la fidélité des donneurs. Ça prend une base de donneurs fidèles. Les gens de la Mauricie sont nombreux à donner du sang et donnent souvent. On veut fidéliser 1500 donneurs qui feront huit dons chacun par année», ajoute M. Ménard, en soulignant que le plasma se régénère en seulement quelques heures, ce qui permet de faire 50 dons par année, contrairement à la limite de six imposée pour des dons de sang traditionnels.

Le fait que Trois-Rivières ait certains aspects comparables à d'autres régions a aussi pesé dans la balance. Les prévisions d'Héma-Québec sont très positives pour le futur centre trifluvien. Si les attentes se matérialisent, l'organisme ouvrira d'autres centres, probablement en Estrie et en Outaouais.

Héma-Québec a prévu un budget de fonctionnement annuel de 1,5 million de dollars. Le centre devrait être situé dans des locaux qui seront construits sur le boulevard Gene-H-Kruger, près de la rue Lucien-Beaudry, dans le secteur de Trois-Rivières-Ouest. À l'ouverture du centre, six employés seront sur place. Le nombre devrait grimper à

dix d'ici trois ans.

Afin de soutenir Héma-Québec, la Ville de Trois-Rivières remettra une subvention annuelle de 12 000 $ durant cinq ans. À Innovation et Développement économique, on se réjouit de l'arrivée de ce centre.

«C'est de la création d'emplois et on parle d'emplois de bon niveau. Ça représente un élément de diversification supplémentaire. Et on est la première ville intermédiaire à avoir un centre de collecte», commente Yves Marchand, directeur général d'IDÉ.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer