Usine Laurentide: l'avenir n'est pas encore assuré

Après un arrêt de trois semaines, la machine... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Après un arrêt de trois semaines, la machine numéro 11 a été remise en marche, lundi, à l'usine Laurentide.

Photo: Sylvain Mayer

Partager

(Shawinigan) C'est hier que les employés de l'usine Laurentide de Shawinigan sont rentrés au boulot après un arrêt de production de la machine numéro 11 qui a duré trois semaines.

Ce retour au travail pour les 277 travailleurs survient un peu plus d'une semaine après qu'ils eurent entériné l'entente de principe qui avait été conclue entre les représentants syndicaux et la direction de Produits forestiers Résolu.

Même si l'acceptation de cette entente a eu un rôle à jouer dans la décision de reprendre la production, la direction a toujours soutenu que l'arrêt de production était principalement attribuable à un manque de commandes.

Malgré les concessions qu'ont faites les travailleurs en acceptant de modifier leur convention collective, l'avenir de l'usine de pâtes et papiers du secteur Grand-Mère n'est pas encore assuré. La direction de l'usine veut obtenir du gouvernement du Québec de ne pas être assujettie à la nouvelle loi qui entrera en vigueur en avril prochain et qui changera les modalités en ce qui a trait à l'approvisionnement en bois. Si les doléances de la multinationale sont acceptées, les coûts de production diminueront et permettront, selon les dires de la direction, de garantir la pérennité de l'usine.

Des représentants de Résolu ont d'ailleurs rencontré le maire de Shawinigan, Michel Angers, vendredi dernier afin de lui présenter leurs demandes et s'assurer de son appui dans leurs démarches.

Le premier magistrat s'est alors engagé à tout faire ce qui est en son pouvoir pour assurer la survie de cette usine, etdu même coup, le maintien des emplois.

Une rencontre similaire est d'ailleurs prévue demain avec le député de Saint-Maurice à l'Assemblée nationale, Luc Trudel. Ce dernier a quant à lui déclaré par l'entremise d'un communiqué de presse qu'il allait tout faire «pour protéger les emplois des travailleurs» et que «la Mauricie a besoin de conserver des emplois avec de bons salaires».

Dans le même communiqué, il a ajouté qu'il avait déjà rencontré des représentants des employés et qu'il a déjà discuté du dossier de l'approvisionnement en bois pour la Mauricie avec la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet.

«L'objectif est d'assurer l'équité dans ce dossier-là, autant pour ce qui est de l'attribution des ressources que pour ce qui est de l'établissement du prix. Le ministère des Ressources naturelles nous a également dit qu'il était ouvert à tenir une rencontre avec la compagnie au cours des prochaines semaines», a précisé l'attaché de presse du député, Samuel Fortin, au nom de M. Trudel.

Ce dernier a de plus mentionné que tant et aussi longtemps que les rencontres n'auront pas eu lieu, le député et le gouvernement ne prendront pas position dans ce dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer