Bryan Perro et Fred Pellerin ont multiplié les succès en 2012

L'auteur, éditeur et concepteur de spectacles centre-mauricien Bryan... (Photo: sylvain mayer)

Agrandir

L'auteur, éditeur et concepteur de spectacles centre-mauricien Bryan Perro a connu une année 2012 très prolifique, notamment avec la création d'Amos Daragon - La première aventure à la Cité de l'énergie.

Photo: sylvain mayer

Partager

Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Bryan Perro a terminé son année 2012 à la Maison symphonique de la métropole québécoise en narrant le conte qu'il avait composé pour le concert de Noël de l'Orchestre symphonique de Montréal.

Le conteur caxtonien Fred Pellerin a couronné son... (photo: sylvain mayer) - image 1.0

Agrandir

Le conteur caxtonien Fred Pellerin a couronné son année 2012 en recevant l'insigne de Chevalier de l'Ordre national du Québec. La première de son nouveau spectacle et la sortie du film Ésimésac ont aussi marqué son automne.

photo: sylvain mayer

Son agenda des 12 derniers mois avait aussi consigné la parution de trois tomes de sa plume, l'édition de livres d'Henri Vernes et la création du spectacle à grand déploiement Amos Daragon - La première aventure à la Cité de l'énergie.

Le Shawiniganais de naissance maintenant établi à Saint-Mathieu-du-Parc a d'abord étudié en enseignement du théâtre à l'UQAM avant de s'inscrire à la maîtrise en études québécoises à l'UQTR. Il a enseigné au Collège Shawinigan et a commencé à se produire sur la scène locale, notamment au Cénacle (l'ancienne église Christ-Roi maintenant démolie) à Shawinigan, notamment avec Renée Houle et un certain Fred Pellerin à la fin des années 1990.

«C'est là que j'ai connu Bryan au niveau artistique dans ses tout débuts. Il est parti de rien, a connu la pauvreté, et connaît aujourd'hui un grand succès», commence le directeur général de la Cité de l'énergie Robert Trudel en parlant de Bryan Perro. Le succès auquel fait référence M. Trudel compte entre autres la notoriété internationale acquise par l'auteur de la série Amos Daragon, dont la douzaine de tomes initiaux s'est vendue à 1,4 million d'exemplaires au Québec, en plus d'être traduite dans 22 langues et distribuée dans 26 pays.

Cette année, l'auteur a complété sa trilogie d'Amos Daragon - Le Sanctuaire des Braves, en publiant les deuxième et troisième tomes respectivement en mars et novembre 2012, en plus de voir la parution du deuxième de trois volets de la série Walter, dans un autre univers. Le cycle du Sanctuaire des Braves, une sorte une réactivation de la série initiale interrompue en 2006, a été édité par la propre maison de l'auteur, Perro Éditeur. Les succès de l'année 2012 pour Bryan Perro se sont aussi déployés dans sa maison d'édition, qui a réussi à récupérer les droits pour la publication de plus de 200 Bob Morane, la série culte du belge Henri Vernes dont le Shawiniganais est fan depuis l'adolescence.

Le père de Bob Morane semble s'être découvert une affinité avec celui qui souhaite raviver les aventures du héros qu'il a créé dans les années 1950. «Quand j'ai rencontré Bryan Perro, j'ai imaginé que les héros se réveillaient. Déjà avec Amos Daragon, les légendes reprenaient vie. Et, à présent, c'est Bob Morane qui part en guerre au Québec et ailleurs et les drapeaux de l'aventure claquent au vent», nous a-t-il écrit lorsqu'invité à décrire sa rencontre avec l'auteur et éditeur centre-mauricien.

Deux mille douze aura aussi marqué la création du troisième spectacle à grand déploiement à l'amphithéâtre extérieur de la Cité de l'énergie. Bryan Perro avait commencé comme comédien dans le premier spectacle, Kosmogonia, avant de concevoir et mettre en scène le deuxième, Éclyps, qui a tenu l'affiche de 2007 à 2011, et finalement Amos en 2012.

«Je travaille avec Bryan depuis 2001. C'est un être extrêmement reconnaissant pour son milieu, malgré sa réussite. Comme auteur et metteur en scène, il est capable de s'asseoir, de discuter et de s'adapter. Il est très ouvert aux idées des autres. Quand il se donne, il se donne à 500 %. Je le vois un peu comme mon frère», témoigne Robert Trudel.

Une année d'émotions pour Fred Pellerin

Un nouveau spectacle, un nouveau film, un Félix et une insigne de Chevalier de l'Ordre national du Québec. L'année 2012 de Fred Pellerin aura été prospère! Que ce soit à travers la scène, le cinéma ou la musique, le prolifique créateur de Saint-Élie-de-Caxton a continué à faire rayonner son coin de pays à travers le Québec et la France.

L'automne et le début d'hiver du célèbre conteur se sont particulièrement révélés riches en événements et en émotions. Le 21 septembre, Fred Pellerin présentait la première de son nouveau spectacle De peigne et de misère au Centre des arts de Shawinigan, 25 jours avant la première médiatique à Montréal le 16 octobre.

Entre ces deux dates, le Caxtonien avait fait découvrir Méo le coiffeur au public français le temps de huit spectacles dans des villes comme Blois et  La Rochelle, et au début de décembre, il repartait pour encore sept représentations outremer.

Il s'agit d'un cinquième spectacle pour celui qui, depuis 2001, a offert Dans mon village, il y a Belle Lurette, Il faut prendre le taureau par le conte, Comme une odeur de muscles et L'Arracheuse de temps. «Quand j'ai vu son dernier spectacle, j'ai été figé sur ma chaise en constatant qu'il avait réussi à faire un show encore supérieur au précédent. À chaque show il réussit à doubler la mise», apprécie son ami et complice Jeannot Bournival.

Entre les représentations de De peigne et de misère au Québec et en France, le conteur a aussi pris le temps d'aller chercher son neuvième trophée Félix au gala de l'Adisq avec Jeannot Bournival, justement. Le deuxième disque de Fred, C'est un monde, y a été désigné Album folk de l'année. Paru en novembre 2011, cet album succédait à Silence, né en 2009.

Les deux hommes ont grandi ensemble à Saint-Élie. «À partir de tout jeunes, on faisait plein de projets ensemble. On avait notre band à 14 ans», situe le multi-instrumentiste et compositeur en parlant de son ami Fred. Les copains avait d'abord évolué ensemble dans Les Tireux d'Roches au tournant des années 2000 avant que Jeannot réalise les albums de Fred et Nicolas Pellerin, puis les deux de Fred en solo.

«On fait des méchants beaux trips. On était à l'Adisq ensemble, en performance, on avait de la boucane jusqu'à la taille...», cite Jeannot en exemple en évoquant les moments marquants partagés avec son ami.

En novembre, Fred assistait à la première du film Ésimésac, qu'il a scénarisé pour le réalisateur Luc Picard. Après Babine, il s'agissait d'un deuxième film tiré de son oeuvre. L'année 2012 aura été couronnée par la remise de l'Ordre national du Québec par la première ministre Pauline Marois le 19 décembre à l'Assemblée nationale devant sa conjointe et leurs trois filles.

«C'est à cause de tous ces événements si dans les derniers mois, on s'est peu vus. Quand on se parlait ou on s'écrivait, il était toujours question d'émotions. De grosses émotions. Ce qu'il reçoit aujourd'hui comme honneurs, je n'en suis pas surpris. Ça fait longtemps que je le vois si grand dans tout ça. Le mérite qu'il reçoit aujourd'hui, c'est l'accumulation de tout ce qu'il a fait depuis des années», conclut Jeannot Bournival.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer