La grippe ralentit les urgences

L'éclosion de grippe anticipée par le ministère de la Santé s'est bel et bien... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partager

(Trois-Rivières) L'éclosion de grippe anticipée par le ministère de la Santé s'est bel et bien concrétisée au cours des derniers jours, si bien que certaines urgences ont été engorgées, hier. La situation a particulièrement été problématique au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières alors que le nombre de civières occupées surpassait d'une quinzaine la limite fonctionnelle de 45.

À l'hôpital du Centre-de-la-Mauricie, on a également dépassé la limite prévue de 19 civières. Au moment le plus engorgé, on retrouvait 26 civières occupées. Quant à l'hôpital du Christ-Roi, à Nicolet, le maximum de six civières a aussi été atteint et dépassé à quelques moments dans la journée, sans augmenter de manière trop drastique.

De plus, on retrouvait également trois personnes en attente d'hospitalisation à Trois-Rivières et deux autres du côté de Shawinigan.

Des éclosions de grippe ont aussi été observées dans trois centres d'hébergement de la région, soit à la résidence Cooke et au centre Cloutier-du-Rivage, à Trois-Rivières, ainsi qu'au Foyer des Bois-Francs, à

Plessisville.

On s'attend d'ailleurs à ce que ces éclosions se poursuivent dans les différents centres au cours des prochains jours.

Néanmoins, au Centre de santé et de services sociaux de Trois-Rivières, on ne jugeait pas la situation trop critique compte tenu que l'hiver bat son plein. «Oui, la grippe est arrivée mais nous ne sommes pas dans des conditions particulières. Les urgences sont achalandées mais ce n'est pas hors de l'ordinaire», a indiqué Fanny Houle, conseillère en communications au CSSS de Trois-Rivières.

Ailleurs dans la région, malgré un achalandage important, les urgences n'ont pas franchi leur capacité maximale de civières à plusieurs autres endroits, dont au centre Cloutier-du-Rivage, au CSSS de Maskinongé et au CSSS du Haut-Saint-Maurice.

Même si les intervenants estiment que la situation n'est pas problématique, ils soulignent tout de même que cette éclosion de grippe survient plut tôt qu'à l'habitude. Habituellement, ce type d'éclosion survient un peu plus tard pendant l'hiver, soit en janvier ou encore en février.

À l'amorce du temps des Fêtes, le ministre de la Santé, Réjean Hébert, avait tenu à mettre en garde la population contre une possible épidémie de grippe qui s'annonçait un peu partout au Québec. Cette année, la souche de la grippe affecte les gens de manière encore plus virulente qu'à l'habitude et survient plus tôt que normalement.

Afin de prévenir une trop grande propagation de la grippe, l'Agence de santé rappelle l'importance de bien se laver les mains en raison des rendez-vous familiaux qui sont nombreux en cette période de l'année.

Aussi, on souligne qu'il est encore très utile de se faire vacciner contre la grippe. Une journée de vaccination aura d'ailleurs lieu au pavillon Saint-Joseph à Trois-Rivières, le 15 janvier, de 9 h à 20 h.

De plus, on recommande aux gens souffrant de la grippe de ne pas visiter les personnes les plus vulnérables.

Par ailleurs, l'Agence de santé rappelle qu'il est préférable de contacter Info-Santé au 8-1-1 avant de se déplacer vers les centres hospitaliers.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Affluence record aux urgences du CHUS

    Sherbrooke

    Affluence record aux urgences du CHUS

    Les salles d'urgence du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) sont littéralement prises d'assaut par des gens malades de la grippe... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer