Du ménage à G-1 et de la sécurité à G-2

Le physicien nucléaire Michel Duguay aimerait bien venir... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Le physicien nucléaire Michel Duguay aimerait bien venir à bout des autres centrales nucléaires canadiennes.

Photo: Émilie O'Connor

Partager

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Très satisfaits d'avoir contribué à la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2, les membres du Mouvement Sortons le Québec du nucléaire repartent en croisade sur le même thème.

Ils demandent maintenant à Québec d'exiger sa part du fonds fédéral de 7 milliards $ pour nettoyer Gentilly-1, l'ancêtre de Gentilly-2 et le groupe caresse aussi le rêve de venir à bout des autres centrales nucléaires canadiennes.

«Au Québec, on n'est pas sorti du bois. S'il arrive un accident important près de Toronto, le nuage radioactif va aller porter de la radioactivité sur Montréal et sur nos terres agricoles», fait valoir le physicien nucléaire Michel Duguay de l'Université Laval, militant au sein du MSQN.

«Maintenant, je m'attaque au nucléaire au niveau du Canada», dit-il. «De toute façon, on va rendre service aux Ontariens. La réfection de la centrale de Darlington coûtera entre 10 et 30 milliards $ et pourrait mettre l'Ontario en banqueroute»,

dit-il.

Le porte-parole du Mouvement Vert de la Mauricie, Michel Fugère, lui aussi militant au sein du MSQN, explique qu'il faudra également s'intéresser à la question des déchets nucléaires.

Selon Michel Duguay, ces déchets pourraient rester à Bécancour pendant encore

40 ans environ, jusqu'à ce qu'une solution pancanadienne soit décrétée pour entreposer le combustible irradié dans le bouclier canadien. Il y a 2500 tonnes de déchets nucléaires à gérer actuellement «et si l'on continue avec Gentilly-2 il va y en avoir

2500 tonnes de plus pour les générations futures et ça, personne n'en parle», tient à souligner Philippe Giroul du MSQN.

Le Mouvement Sortons le Québec du nucléaire ne se blâme pas pour les emplois de qualité perdus à Gentilly-2.

«On ne sait pas qui perd son emploi, pour l'instant. Il n'y a aucune confirmation du nombre de personnes qui vont être mises à la porte. On ignore si ce seront des gens hautement qualifiés ou ceux qui travaillent à la cafétéria. Donc, c'est une généralisation qui n'est pas appropriée à mon sens», fait valoir M. Giroul.

Michel Fugère explique que des suggestions seront faites à cet effet par le MSQN à l'occasion de la Commission parlementaire des 29 et 30 janvier 2013 «pour faire en sorte qu'au niveau de la création d'emplois, on puisse faire ça avec le plus d'impacts positifs possible.»

«C'est sûr qu'il va y avoir une modification de mandat pour les travailleurs», reconnaît-il, «mais une bonne partie d'entre eux vont devoir travailler sur le déclassement», ajoute-t-il. Ailleurs, c'est environ la moitié du personnel qui a été retenu pour procéder au déclassement», signale le professeur Duguay.

Ce dernier estime qu'il faudra accentuer la sécurité de la centrale fermée. La piscine qui contient du combustible irradié «n'est pas protégée», dit-il. «C'est reconnu mondialement qu'il faut sécuriser physiquement les piscines. En France, ils mettent deux mètres de béton armé», dit-il.

«Il y a des travaux considérables pour sécuriser cette piscine et aussi les CANSTOR» (caissons de stockage à moyen terme du combustible irradié), dit-il.

«La fermeture du réacteur va être un grand pas vers la sécurité de la population et des travailleurs, mais il y a tout l'aspect des déchets nucléaires qui sont sur le site qui, eux, demeurent un plus grand danger», croit Michel Fugère.

«Il y a différentes façons de faire un déclassement», explique Michel Duguay. «En France, ils ont décidé de faire ça sur 10 ans. C'est une dépense de l'ordre de

1 ou 2 milliards $. Aux États-Unis, ils ont déclassé au moins une douzaine de centrales. Ils font ça très vite avec à peu près 500 millions $.»

«Moi, j'ai demandé, aux dernières audiences de la CCSN, que la centrale soit bunkerisée comme en France», ajoute le physicien nucléaire.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer