• Le Nouvelliste > 
  • Actualités 
  • > Entre La Tuque et le Brésil:«Je me fais du fun, je suis naturel et je reste le gars que je suis» 

Entre La Tuque et le Brésil:«Je me fais du fun, je suis naturel et je reste le gars que je suis»

Marc Lahaie est nouvellement arrivé à La Tuque... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Marc Lahaie est nouvellement arrivé à La Tuque après un long séjour en tant que missionnaire au Brésil.

Audrey Tremblay

Partager

Sur le même thème

Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) Il est plutôt rare de pouvoir écrire que l'âge du prêtre est en dessous de la moyenne de sa communauté, c'est pourtant le cas de Marc Lahaie. Il est âgé de seulement 46 ans. Il est nouvellement arrivé à La Tuque après un long séjour, en tant que missionnaire, au Brésil.

Quelques mois à peine ont suffi à l'intégration du coloré personnage à la communauté latuquoise. «Je suis surpris de voir à quel point je suis emballé par la ville de La Tuque, je trouve ça très agréable. Je suis en pleine possession de mes moyens! Je pourrais avoir deux semaines en une et je manquerais encore de temps pour tout faire le bien que je peux faire», a-t-il souligné d'entrée de jeu.

Il avoue qu'au Brésil c'était un peu différent. «La difficulté que j'avais là-bas, c'est que je ne connaissais pas suffisamment la langue pour utiliser les bons mots, je pouvais par ailleurs utiliser davantage la communication non verbale», a-t-il ajouté.

Noël ici et là

À quelques heures des Fêtes, il aurait été difficile de ne pas faire un parallèle entre les différentes célébrations qu'a vécues celui qui, depuis trois ans, célébrait au chaud. «Le premier soir de Noël, j'avais une messe à 6 h le matin, parce qu'il n'y en a pas le jour en raison des 40 degrés Celsius, c'est soit tard le soir ou très tôt le matin. Je me disais, il n'y aura pas personne, mais c'était plein, très plein».

Marc Lahaie a même avoué qu'à certains moments, il se sentait pris au dépourvu. «Ils sont très religieux, très catholiques et même moi qui suis prêtre, des fois je me sentais moins catholique et moins religieux qu'eux autres. Ici au Québec, il n'y a aucun doute que je suis plus religieux que la plupart du monde.»

Pour tout le reste, c'est relativement semblable selon le prêtre. L'aspect commercial, le père Noël, les buffets, tout est au rendez-vous.

«Les gens se reçoivent dans leurs familles et ils aiment particulièrement les feux d'artifice, ça pète dans les rues et ils boivent beaucoup. Une des particularités qu'ils ont, c'est que tu ne peux pas partir sans avoir mangé, ce serait une insulte», souligne-t-il.

Pour les célébrations de Noël, le prêtre souligne qu'il est important de bien choisir son église. Certaines sont plus classiques et le débit de parole du curé doit être plus lent pour le son. Les plus petites permettent une messe plus rythmée. «C'est certain que quand je fais une messe et que l'église est vide, c'est plate. Quand l'église est pleine, qu'il y a beaucoup de jeunes, je suis dix fois meilleur, je ne suis pas le même gars, c'est plus plaisant, mais je ne peux pas me battre contre la culture», souligne M. Lahaie.

Prêtre version 2.0

«On est en 2012, je suis sur Facebook», mentionne le curé de La Tuque.

Pour lui, le populaire réseau social est autant un univers en tant qu'individu que comme prêtre. «Je n'essaie pas de rejoindre particulièrement les jeunes, je reste simplement le gars que je suis et les gens me connaissent à la fois comme Marc Lahaie et comme le prêtre qui s'appelle Marc Lahaie. Je me fais du fun, je suis naturel et je reste le gars que je suis», a-t-il précisé.

C'est sans aucune restriction qu'il affirme également avoir certaines priorités dans sa façon de comprendre l'évangile et qu'il veut vivre le moment présent. «J'ai un autre regard sur ce que je suis comme prêtre et sur ce que je peux apporter comme prêtre. C'est vrai que les églises sont plus vides et qu'il n'y a pas beaucoup de jeunes, mais je ne me battrai pas pour remplir les églises, ce n'est pas mon mandat. [...] Pour moi c'est important à d'autres niveaux de me faire présent et d'être proche du monde. Je le sais, parce que ça fait 19 ans que je suis prêtre, que je peux faire du bien et beaucoup de bien», a conclu Marc Lahaie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer