Un couple de Trois-Rivières victime de pilleurs dans la mer des Antilles

Brise des Îles offrait des croisières privées sur...

Agrandir

Brise des Îles offrait des croisières privées sur la mer des Antilles à bord de ce catamaran de 41 pieds.

Partager

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Le rêve d'un couple de Trois-Rivières a tourné au cauchemar la semaine dernière lorsque leur catamaran a coulé au large de Sandy Island dans les Antilles.

Michel Robichaud à la barre de son catamaran.... (Photo: Brise des îles) - image 1.0

Agrandir

Michel Robichaud à la barre de son catamaran.

Photo: Brise des îles

Un grand filet permettait de profiter du soleil... - image 1.1

Agrandir

Un grand filet permettait de profiter du soleil à bord du catamaran comme le démontre Angélique Derny.

Forcé par les policiers d'abandonner toute une nuit leur navire après que celui-ci se soit échoué sur un récif corallien, le couple a été victime de voleurs qui se sont emparés de tout à bord, incluant l'ancrage de l'ancre. Laissé ainsi à la dérive, le catamaran a sombré. Une terrible conséquence pour un incident qui était à l'origine relativement mineur.

Michel Robichaud et sa conjointe Angélique Derny sont à la tête de l'entreprise Brise des îles. Ils offraient depuis cette année des croisières privées à bord de leur catamaran nouvellement acheté. Tout allait très bien. Le couple avait des clients jusqu'à la fin de leur saison touristique.

«Ça marchait plus que ce qu'on pensait», souligne au bout du fil Michel Robichaud.

Leur maison à Trois-Rivières louée, ils se sont envolés pour passer l'hiver à accompagner des touristes québécois et ontariens dans de magnifiques croisières autour des îles d'Anguilla et de Saint-Martin dans les Antilles.

Le rêve d'une vie pour ces amateurs de voile. Michel Robichaud avait même vendu son voilier pour se procurer un magnifique catamaran de 41 pieds. Le tangage est moins important sur ce type de bateau, ce qui convient davantage aux touristes.

«Nous avons investi tout notre argent dans ce projet. Nous allions passer nos hivers dans le sud et accompagner des touristes en croisière. Tout allait bien pour que notre projet démarre bien. Mais tout a basculé d'un coup sec, pour une niaiserie en réalité.»

Après avoir quitté Sandy Island en fin de journée avec des amis la semaine dernière, le catamaran s'est échoué sur un récif corallien. L'embarcation s'est alors retrouvée coincée et son équipage était incapable de la sortir de sa fâcheuse position.

C'est alors que Michel Robichaud a appelé les secours qui ne sont arrivés que quatre heures plus tard avec seulement un petit bateau incapable de remorquer le catamaran. Les vagues continuaient de faire bouger le navire ce qui faisait cogner sa coque sur le récif. «Les policiers n'étaient pourtant qu'à quinze minutes de là», déplore-t-il.

Incapables de remorquer le catamaran de 41 pieds, les policiers ont exigé que l'équipage abandonne pour la nuit le navire. «Nous ne pouvions rester là parce que c'est un parc national», précise Michel Robichaud.

Pendant la nuit, des voleurs, qui avaient sûrement entendu les conversations sur les ondes radios entre Michel Robichaud et les policiers, ont pillé le bateau. «Ils ont tous pris: les batteries, les vêtements, l'équipement. Les plongeurs nous ont dit qu'il ne restait plus rien», souligne M. Robichaud.

Des plongeurs ont inspecté l'épave pour constater qu'il manquait tout, incluant l'ancrage pour l'ancre. Le mécanisme qui permet de la remonter a été lui aussi volé. C'est d'ailleurs ce qui a fait le plus de dégâts. Sans amarrage, le catamaran était laissé à la merci des vagues qui l'ont fait cogner à répétition sur le récif de corail.

«Lorsque nous sommes revenus le lendemain, le bateau avait coulé. On ne voyait que le bout du mât», se souvient Michel Robichaud.

«C'est une niaiserie. S'il était resté ancré, le bateau n'aurait eu que quelques égratignures.»

Le couple est rentré cette semaine au Québec après avoir tout perdu. Ils n'avaient avec eux que leurs maillots de bain et quelques effets personnels. Hébergé chez de la famille, le couple tente de retomber sur ses pieds. Il est à la recherche d'un appartement à Trois-Rivières.

L'entreprise a remboursé les clients qui devaient faire des croisières avec eux. Déjà, M. Robichaud et Mme Derny comptent bien remettre sur pied leur entreprise et poursuivre leur rêve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer