École de la Tortue-des-Bois: la ministre de l'Éducation interpellée

Les élèves de l'école de la Tortue-des-Bois ont... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Les élèves de l'école de la Tortue-des-Bois ont accueilli hier matin le député de Saint-Maurice, Luc Trudel, pour lui remettre le cahier contenant les 100 lettres et dessins adressés à sa collègue, Marie Malavoy.

Photo: Sylvain Mayer

Partager

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Mathieu-du-Parc) Les promoteurs de la construction d'un gymnase à l'école primaire de la Tortue-des-Bois prennent une nouvelle avenue pour vendre leur projet au gouvernement Marois. Tous les élèves de cette école de Saint-Mathieu-du-Parc viennent de remettre au député Luc Trudel un cahier contenant plus de 100 lettres et dessins adressés à la ministre Marie Malavoy. Et le message est clair: le projet doit recevoir l'appui financier du gouvernement du Québec.

Les lettres des enfants parlent du besoin d'avoir un véritable lieu où pratiquer des activités physiques. Actuellement, les cours d'éducation physique sont donnés dans la salle communautaire ou à l'extérieur.

«Jouer avec un filet sur le crâne, c'est pas commode», écrit un enfant, en faisant référence à la présence des moustiques.

«La salle communautaire est pleine de tables et de ventilateurs», écrit un autre des élèves.

Luc Trudel a accueilli avec empressement le cahier des enfants. Il se promet bien de le remettre à sa collègue.

«Les lettres peuvent avoir un impact. Derrière cela, c'est la démonstration de la mobilisation du milieu», raconte M. Trudel.

Parlant du milieu, on a amassé la moitié de la somme totale de 1,4 million de dollars nécessaire à la construction de ce gymnase. Les promoteurs souhaitent que Québec allonge les 700 000 $ nécessaires pour compléter le financement.

«On est prêt à monter à Québec en autobus si vous jugez que c'est important», a lancé Stéphane Robitaille, le directeur de l'école de Saint-Mathieu, à M. Trudel.

Le député de Saint-Maurice raconte que la ministre de l'Éducation est déjà au courant du dossier et que des décisions se prendront au cours des prochains mois. Il affirme qu'il va travailler pour que le gouvernement trouve les sommes requises à la réalisation du projet.

«Quand la ministre aura adopté ses crédits, en février, elle va analyser les dossiers et c'est là que mon travail va entrer en ligne de compte. Je souhaite une réponse d'ici l'été», réagit M. Trudel, qui est prêt à défrayer une partie des coûts du transport des élèves afin qu'il les emmène rencontrer la ministre Malavoy et pour leur faire visiter le Parlement.

«Ça fait quatre ans qu'on travaille le dossier, rappelle Marie-Pierre Pinard, représentante du comité du gymnase. J'ai l'impression que les lettres vont finir par convaincre Mme Malavoy. Le milieu est mobilisé, il va rester mobilisé. On va pousser jusqu'à temps que ça se réalise.»

«Le milieu met 700 000 $. Le milieu fait sa part. On mérite le 700 000 $ du gouvernement», ajoute Yvon Geoffroy, commissaire à la Commission scolaire de l'Énergie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer