Développement résidentiel sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent

Du rêve à la réalité

Les premières phases du développement résidentiel jouxtent la... (Graph Synergie 2012)

Agrandir

Les premières phases du développement résidentiel jouxtent la piste cyclable et le sentier piétonnier. À plus long terme, on prévoit aménager une marina privée.

Graph Synergie 2012

Partager

Sur le même thème

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Cette fois semble bien être la bonne. Le promoteur du projet de développement résidentiel sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, Richard Thibault, a présenté hier les partenaires financiers associés au projet, en plus de dévoiler les plus récentes simulations visuelles des immeubles à condos qu'il entend y construire. Déjà, il semble y avoir un engouement pour ces unités d'habitation, puisque environ 120 personnes ont manifesté un intérêt et parmi celles-ci, on compterait une cinquantaine d'engagements fermes pour l'achat d'un condo.

Le promoteur, ses partenaires et le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, ont accueilli les médias hier matin au tout nouveau pavillon de location construit sur l'avenue des Draveurs. On y a dévoilé les principales caractéristiques de la première phase du développement résidentiel. Celle-ci comptera au total 228 unités d'habitation, réparties dans une tour de seize étages et cinq immeubles de quatre étages, comptant 32 unités chacun.

La valeur totale de cette première phase est évaluée à 85 millions $. La construction de la tour et d'un premier bloc de 32 unités devrait commencer au printemps. Si tout va bien, le promoteur estime que les premiers condos pourraient être disponibles à la fin de 2013, alors que la construction de la tour pourrait être complétée en 2014.

«Il y en aura pour tous les goûts et pour tous les prix», assure Richard Thibault. Dans les faits cependant, le condo le plus «abordable» se vendra 195 000 $. On parle ici d'un prix de base, qui peut gonfler si on ajoute quelques extras. La superficie des unités variera de 850 pieds carrés (79 mètres carrés) à 2200 pieds carrés (204 mètres carrés). On parle d'unités offrant des vues saisissantes, des terrasses ayant une superficie généreuse, une fenestration abondante. Les immeubles seront dotés de stationnements intérieurs, afin de maximiser les espaces verts dans le développement du projet. On y trouvera aussi des salles d'entraînement, une piscine, un bain à remous, une salle de réception avec cuisine.

Pour réaliser le projet maintenant connu sous le nom de «L'Adresse sur le fleuve», le promoteur Thibault s'est associé au Fonds immobilier de solidarité FTQ, de même qu'à la firme Broccolini. Au total, les trois partenaires investissent 2,8 millions $. «Dans notre planification stratégique, il était prévu qu'on aille soutenir des projets dans les régions du Québec. On a été approchés pour ce projet-là et on a trouvé qu'il s'agissait d'un projet exceptionnel», explique Normand Bélanger, président-directeur général du Fonds immobilier de solidarité FTQ. Il s'est toutefois gardé de détailler la participation financière de chacun des partenaires.

«On a voulu que ce soit un projet crédible auprès des acheteurs, alors on a créé un partenariat solide et une structure financière efficace», explique Richard Thibault.

D'ailleurs, il semble bien que le projet attire l'oeil et les bourses de plusieurs acheteurs intéressés. Le promoteur, en plus d'affirmer avoir une liste d'environ 120 acheteurs potentiels dont une cinquantaine de convaincus prêts à signer, accueillait hier soir plusieurs dizaines d'autres prospects, à son nouveau pavillon des ventes. Parmi les acheteurs intéressés, on compterait environ deux tiers de gens de la région et un tiers de personnes de l'extérieur qui souhaitent venir ou revenir s'installer à Trois-Rivières.

«C'est un projet qui va rapporter beaucoup d'argent à Trois-Rivières et qui aura un impact économique important», assure M. Thibault. C'est d'ailleurs cet aspect qui aurait convaincu la FTQ d'embarquer financièrement. «Pendant la construction, on parle de 500 emplois directs qui seront créés, sur une période de quatre ans», explique Normand Bélanger.

Le maire Yves Lévesque était évidemment tout sourire hier matin, lui qui avait assisté, impuissant, aux deux ou trois tentatives infructueuses de développements résidentiels sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent. «On a le plus beau site à développer au Québec et on voulait s'assurer d'avoir un projet de grande qualité. On a toujours voulu créer un milieu de vie et c'est ce qu'offre ce projet-là», a-t-il mentionné. Il rappelle que les cinq phases du projet sur ces terrains de 1,4 million de pieds carrés (130 000 mètres carrés) représentent 250 millions $ d'investissements, et plus de 400 millions $ si on ajoute le Technoparc, le projet d'hôtel et l'Amphithéâtre.

À eux seuls, les revenus de taxation estimés à 7 millions $ présentent un attrait intéressant pour la Ville.

Le promoteur a indiqué que le projet dans son ensemble compte cinq phases résidentielles et une phase commerciale. "Au total, on parle d'une possibilité de 800 unités. Mais on va voir comment ça va aller. Le marché va nous parler", conclut Richard Thibault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer