Moisson Mauricie: un appel à la solidarité régionale

Ça prend un engagement. Quarante cents, ce n'est...

Agrandir

Ça prend un engagement. Quarante cents, ce n'est pas beaucoup pour une ville», estime le maire de Trois-Rivières.

Partager

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) En annonçant que Trois-Rivières va soutenir financement Moisson Mauricie-Centre-du-Québec, Yves Lévesque lance un appel à la solidarité pour que les autres municipalités des deux régions emboîtent le pas.

Jean-Guy Doucet... (Photo: Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

Jean-Guy Doucet

Photo: Stéphane Lessard

Le maire de Trois-Rivières a dit hier que l'administration trifluvienne va verser 52 000 $ par année à Moisson Mauricie, soit 40 cents par habitant. La décision sera entérinée à l'occasion de la prochaine séance du conseil qui aura lieu le lundi 3 décembre.

«J'ai visité les installations, j'ai demandé à voir quel territoire Moisson Mauricie desservait, le nombre de gens aidés par l'organisme. On devait embarquer là-dedans. Ils ont un besoin criant d'argent et ils ont besoin d'un financement récurrent. Les Villes doivent embarquer, car ce sont les organismes qui font le travail sur le terrain pour aider les gens. Si Moisson Mauricie n'est plus là, le problème va arriver sur la table des conseils municipaux.»

Jean-Guy Doucet rayonnait de bonheur lorsqu'il a appris la confirmation de l'aide de Trois-Rivières, alors que lui et Yves Lévesque participaient hier à l'émission Que la Mauricie se lève du 106,9 FM.

«C'est excellent pour la structure financière à long terme. Il faut souligner l'apport de Trois-Rivières pour aider les plus démunis. Le maire a vu clair en ce qui concerne les problèmes de la population. C'est fort intéressant comme aide et c'est pour 2012. On ne s'attendait pas à ça! Je suis agréablement surpris et reconnaissant. Voilà une Ville qui est responsable envers ses plus démunis.»

Questionné à savoir si l'aide aux démunis relève des gouvernements municipaux, Yves Lévesque croit que les Villes ont justement la responsabilité d'aider leurs citoyens.

«On donne de l'argent à des organismes. On aide les démunis avec nos programmes de logements sociaux, avec les bingos. On donne 13 ou 15 cents par habitant à la Croix-Rouge. Ça prend un engagement. Quarante cents, ce n'est pas beaucoup pour une ville. Mais c'est important pour apporter un financement récurrent à Moisson Mauricie. S'il fallait qu'une Ville monte une telle structure, engage des gens, ça coûterait une fortune.»

Objectif de plus de 100 000 $

Moisson Mauricie-Centre-du-Québec se réjouit de l'arrivée de 52 000 $ dans ses coffres. Maintenant que la part de Trois-Rivières est acquise, l'organisme veut que ce soutien fasse boule de neige dans la région.

«Je m'attends à ce que les autres maires suivent. Si les autres peuvent suivre, on sera plus efficace. On souhaite que les autres Municipalités embarquent. On espère avoir plus de 100 000 $ des Municipalités en financement récurrent», mentionne M. Doucet, en précisant que l'organisme va envoyer des lettres à toutes les municipalités desservies par Moisson Mauricie-Centre-du-Québec.

«Si vous n'êtes pas convaincus, allez voir les installations de Moisson Mauricie et allez voir ce qu'ils font sur le terrain», déclare Yves Lévesque.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer