Un deuxième mandat pour Obama

Barack Obama a décroché un deuxième mandat à... (Photo: Associated Press)

Agrandir

Barack Obama a décroché un deuxième mandat à la présidence des États-Unis.

Photo: Associated Press

Partager

Associated Press

Barack Obama a été réélu à la présidence des États-Unis mardi soir, au terme d'une lutte très serrée contre son adversaire républicain Mitt Romney. Le président sortant aura donc réussi à surmonter la faiblesse de l'économie et le taux de chômage élevé qui ont plombé son premier mandat.

Barack Obama devient ainsi le premier président sortant à être réélu avec un taux de chômage supérieur à 7,4 pour cent depuis Franklin D. Roosevelt dans les années 1930.

L'attention portée par l'équipe Obama aux États considérés comme décisifs lui aura permis d'obtenir les 270 grands électeurs requis pour remporter la présidence. Le président a scellé sa victoire en Ohio, au Wisconsin, en Virginie, en Iowa, au New Hampshire, au Colorado et au Nevada, sept des neuf États considérés comme décisifs pour remporter la Maison-Blanche.

Après l'annonce des résultats dans 49 États et le District de Columbia, le président sortant avait amassé 303 grands électeurs, contre 206 pour le candidat républicain. Le résultat final en Floride, qui rapporte 29 grands électeurs, n'était toujours pas officiel après 3 h, ce matin.

Mais la division du gouvernement américain va se poursuivre. Les démocrates ont gardé le contrôle du Sénat, tandis que les républicains ont maintenu leur majorité à la Chambre des représentants. Les partisans de Barack Obama à Chicago et à travers le monde ont explosé de joie quand sa victoire a été annoncée, vers 23 h 30. «C'est grâce à vous. Merci», a écrit Barack Obama sur Twitter à l'intention de ses partisans dans les minutes qui ont suivi l'annonce de sa réélection.

C'est sous les airs d'une pièce de Stevie Wonder, Signed, Sealed, Delivered, et les applaudissements nourris de ses supporters que M. Obama s'est présenté sur la scène du Centre des congrès de Chicago, peu après 1 h 30, pour prononcer son discours de victoire. «Ce soir, lors de cette élection, vous, le peuple américain, nous rappelez que même si nos routes ont été cahoteuses, que nos parcours ont été longs, nous nous sommes pris en main, nous avons combattu, et nous savons, au plus profond de nos coeurs, que le meilleur est à venir pour les États-Unis», a lancé le candidat victorieux à une foule survoltée.

Mitt Romney a concédé sa défaite lors d'un appel à Barack Obama, a déclaré un proche collaborateur du président, avant de s'adresser à ses supporters peu avant 1 h, cette nuit. «L'Amérique vit une époque de grands défis», a déclaré un Mitt Romney calme et digne après avoir attendu une bonne heure avant de concéder la victoire à son rival. «Je prie pour que le président réussisse à guider notre nation.»

Peu après 1 h du matin, Stephen Harper, qui se trouve en visite officielle en Inde, a transmis ses félicitations à Barack Obama. «La relation entre le Canada et les États-Uis est l'une des plus étroites et des plus étendues qui existe dans le monde. Depuis quatre ans, le président et moi avons travaillé à plusieurs importantes initiatives bilatérales pour créer des emplois et de la croissance économique dans nos deux pays», a déclaré le premier ministre, dans un communiqué de presse.

«Je me réjouis de travailler avec l'administration Obama au cours des quatre prochaines années, à trouver des moyens d'accroître le commerce et l'investissement entre nos pays. (...) Je me réjouis aussi de continuer à travailler avec le président Obama à des dossiers pressants en rapport avec l'économie mondiale, ainsi qu'aux problèmes de sécurité, comme ceux qui concernent l'Iran et la Syrie.»

Les deux candidats sont restés à quasi égalité dans le vote populaire, comme l'indiquaient les sondages des dernières semaines. Après le dépouillement de 70 pour cent des circonscriptions, Mitt Romney avait obtenu 47,5 millions de votes, tandis que Barack Obama obtenait 47,3 millions de vote, soit 49 pour cent chacun.

Les électeurs américains étaient invités à choisir entre deux visions très différentes de leur pays et de leur gouvernement. Selon des sondages menés à la sortie des urnes, l'économie était considérée comme une priorité par environ 60 pour cent des électeurs. Mais une majorité de sondés ont estimé que l'ancien président George W. Bush était davantage responsable de la situation économique actuelle que Barack Obama après quatre ans de présidence.

Plus de 45 millions d'Américains ont voté par anticipation. Les électeurs qui ont choisi de se rendre aux urnes mardi ont été confrontés à un certain nombre de problèmes, en particulier dans les États-pivots. Les électeurs de certains États comme la Floride, la Virginie et le Wisconsin ont attendu de longues heures après la fermeture des bureaux de vote pour glisser leur bulletin dans l'urne. Les trois États permettaient aux électeurs de voter s'ils étaient déjà présents dans la file à l'heure de fermeture des bureaux de vote.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer