Gérald Tremblay démissionne

Gérald Tremblay... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Gérald Tremblay

La Presse Canadienne

Partager

La Presse Canadienne

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, a annoncé sa démission lundi soir. M. Tremblay a expliqué que des membres de son entourage avaient trahi sa confiance, et qu'il en assumait l'entière responsabilité. Il a aussi indiqué que la commission Charbonneau l'avait entendu en privé, et a déploré qu'elle ne veuille pas l'entendre publiquement, du moins pour l'instant.

«J'ai délégué des responsabilités, j'ai fait confiance à mes élus et à la fonction publique municipale», a-t-il dit dans une brève déclaration livrée sans émotion, dans le foyer de l'hôtel de ville. «J'avais beau avoir des doutes, poser des questions, être vigilant, ce n'est malheureusement qu'après les faits que l'on m'a remis des documents, des dossiers et des notes de service internes datant de 2004, 2006, 2009.»

M. Tremblay a aussi déploré de ne pouvoir prouver son innocence au grand jour. «En politique, ce qui semble compter le plus, c'est la perception, et non la vérité», a déclaré le maire, après avoir dressé un bilan de ses réalisations. «La vérité, je l'ai transmise à la commission Charbonneau. Je n'ai malheureusement pas la possibilité de me défendre parce que je ne fais pas partie du plan de match de la commission - du moins à court terme.»

M. Tremblay, maire de Montréal depuis 2001, est éclaboussé, directement ou indirectement, par les révélations explosives de témoins devant la commission Charbonneau depuis septembre. Mais c'est surtout la semaine dernière qu'il a été particulièrement échaudé.

Martin Dumont, un ancien organisateur d'Union Montréal, le parti du maire, a notamment allégué que M. Tremblay savait parfaitement que sa formation politique profitait d'un financement illégal, des allégations rejetées à nouveau catégoriquement par M. Tremblay, lundi soir.

D'autres témoins ont exposé au grand jour un système de corruption et de collusion solidement enraciné à l'hôtel de ville de Montréal, qui aurait coûté aux contribuables des millions de dollars. En vertu de ce système, la valeur des contrats d'infrastructure octroyés par l'administration municipale était frauduleusement gonflée. L'ex-entrepreneur en construction Lino Zambito a d'ailleurs affirmé devant la commission Charbonneau que le parti du maire Tremblay empochait trois pour cent de la valeur de ces contrats truqués.

En vertu de la Loi des cités et villes, une élection complémentaire n'est pas nécessaire parce que le maire Tremblay a annoncé son départ moins d'un an avant la tenue des prochaines élections générales, en novembre 2013. Il revient donc au conseil municipal de choisir le maire par intérim.

Interrogé sur le sujet, le chef de la deuxième opposition à l'hôtel de ville, Richard Bergeron, a refusé de prononcer sur un candidat en particulier. «Nous serons 62 élus municipaux à choisir un maire ou une mairesse par intérim», souligne-t-il. «J'espère que chacun mesurera correctement les enjeux.»

M. Bergeron en appelle au sens des responsabilités. «Ce ne sera pas le temps de surenchérir dans le spectacle, de remettre Montréal sous les feux de la rampe. La personne qui sera choisie devra faire preuve d'humilité. Son rôle, ce sera de calmer le jeu et de nous amener dans une sorte de transition tranquille vers la prochaine élection», a déclaré M. Bergeron.

Selon lui, «Gérald Tremblay, ce n'était pas qu'une personne, c'était un régime. Et il ne faut pas que ce régime cherche à se perpétuer.»

En entrevue à RDI, la chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Louise Harel, a soutenu que des mesures exceptionnelles devaient être prises pour rétablir la confiance des Montréalais. En ce qui concerne le bilan de Gérald Tremblay à la mairie, la chef de Vision Montréal a estimé que l'histoire séparerait le bon grain de l'ivraie.

Un ancien ministre libéral

Avocat de formation, Gérald Tremblay a fait son entrée sur la scène politique provinciale en 1989, quand il a été élu dans Outremont sous la bannière du Parti libéral du Québec de Robert Bourassa. Il occupera ensuite le poste de ministre de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie de 1989 à 1994.

Il est élu à la mairie de Montréal pour la première fois en 2001, quand il défait le maire sortant Pierre Bourque. Il triomphera de M. Bourque une nouvelle fois en 2005.

M. Tremblay remporte une nouvelle victoire en 2009, cette fois devant Louise Harel et Richard Bergeron. Une odeur de malversations flotte déjà sur l'hôtel de ville de Montréal à ce moment, dans la foulée du scandale de l'octroi des compteurs d'eau.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer