Ouragan Sandy: des vents violents et de la pluie au Québec

Partager

La Presse Canadienne

Les effets de l'ouragan Sandy se feront sentir au Canada dès lundi soir, entraînant de grands vents, de la pluie et de la neige.

L'ouragan Sandy, dont le centre devrait atteindre la côte du New Jersey aux petites heures mardi matin, aura des répercussions importantes dans plusieurs provinces canadiennes.

L'Ontario devrait être la première à en subir les effets, avec de la pluie dans le sud de la province en après-midi, se poursuivant en soirée et mardi. Les accumulations prévues sont de 20 à 40 millimètres, et possiblement jusqu'à 50 millimètres par endroits. Des vents atteignant 90 km/h sont attendus dans le sud de l'Ontario.

La pluie doit arriver ensuite dans le sud et le centre du Québec en soirée lundi, là aussi avec des accumulations de 20 à 40 millimètres. De la neige pourrait se mêler aux précipitations dans certains secteurs de l'Ontario et de l'extrême ouest du Québec. La vallée du Saint-Laurent sera également exposée aux grands vents, là aussi avec des rafales pouvant atteindre et même dépasser les 90 km/h.

Les Maritimes seront les suivantes sur la route de la tempête, avec de la pluie de mardi matin jusqu'à mercredi, et des précipitations de plus de 50 millimètres. Bien qu'on y attende davantage d'eau qu'au Québec et en Ontario, les vents prévus pourraient être légèrement moins violents mais à peine, avec des rafales atteignant les 80 km/h.

Par ailleurs, les risques d'inondations seront très élevés en plusieurs endroits au Canada. Outre l'apport important d'eau dans les rivières, Environnement Canada parle de grosses vagues sur les Grands Lacs, pouvant même atteindre 7 mètres dans le sud du lac Huron.

De larges vagues et un fort ressac sont aussi à prévoir le long de la côte atlantique de la Nouvelle-Écosse, avec des vagues de près de 9 mètres par endroits.

Au Québec, en Ontario et dans les Maritimes, de fortes bourrasques de vent devraient souffler dès lundi soir. Les secteurs les plus touchés risquent d'être le sud du Québec et de l'Ontario.

De lundi soir à mardi après-midi, des vents pouvant atteindre 90 kilomètres/heure sont prévus, «surtout le long du fleuve Saint-Laurent, dans le corridor Québec-Montréal, mais également en Estrie et en Beauce», a expliqué un responsable du Centre canadien de prévision des ouragans d'Environnement Canada, Bob Robichaud.

En Mauricie-Centre-du-Québec, la tempête devrait être à son maximum cette nuit jusqu'à mardi après-midi. Ensuite, les conditions devraient commencer à s'améliorer, mais le temps gris va se poursuivre. «Ça diminue très graduellement. Mercredi matin, les vents vont être beaucoup plus faibles sur la Mauricie-Centre-du-Québec. Par contre, l'influence générale de la tempête va être toujours présente en maintenant des nuages et des averses très fréquentes jusqu'à vendredi», précise André Cantin, météorologue pour Environnement Canada.

Combinées aux vents est-sud-est, les précipitations les plus importantes devraient toucher le secteur de Charlevoix et de la Réserve faunique des Laurentides, au nord de Québec.

La région de l'Abitibi, dans l'ouest du Québec, devrait quant à elle avoir droit à un avant-goût de l'hiver. Dans cette région et les villes ontariennes situées au nord de Sudbury, de la neige est attendue. Dans l'est et le sud de l'Ontario, Environnement Canada prévoit plutôt de 50 à 100 millimètres de pluie.

Les secteurs à proximité du lac Ontario et les autres plus au nord, jusqu'au parc provincial Algonquin, pourraient recevoir davantage de pluie. Environnement Canada évoque également la possibilité que des vagues de six mètres de haut se forment dans les Grands Lacs, en particulier dans le lac Huron.

Dans les provinces maritimes, de 50 à 75 millimètres de pluie sont prévus entre lundi et mercredi. De fortes vagues sont également attendues en Nouvelle-Écosse.

États-Unis

La pluie a commencé à s'abattre tôt, lundi matin, dans certaines zones côtières de du nord-est des États-Unis, ce qui annonce l'arrivée d'une méga-tempête qui menace 60 millions de personnes dans la région la plus peuplée du pays.

L'état d'urgence a été déclaré dans plusieurs États, de la Caroline du Nord au Connecticut. Les autorités croient qu'en certains endroits, 300 millimètres de pluie pourraient tomber avec des vents de 80 kilomètres/heure et des vagues de plus de 2 mètres.

Des dizaines de milliers de résidants des régions côtières du Maryland jusqu'au Connecticut avaient reçu l'ordre d'évacuer. Cela incluait 50 000 personnes au Delaware seulement, et 30 000 autres à Atlantic City, au New Jersey, où les 12 casinos ont dû cesser leurs opérations pour seulement la quatrième fois en 34 ans d'histoire.

Dans certains secteurs de la Virginie-occidentale, de la Virginie, du Kentucky et de la Caroline du Nord, ce sont plusieurs dizaines de centimètres de neige qui sont attendus.

La méga-tempête est un mélange entre l'ouragan Sandy venu des Caraïbes, une tempête hivernale précoce venue de l'ouest et un front froid venu du nord, en plus de la marée haute.

La tempête se déplaçait dimanche soir à 22,5 kilomètres/heure, selon le centre de surveillance des ouragans (NHC) de Miami.

Tous les services de transports en commun de New York sont paralysés depuis 19h00, dimanche. Le système scolaire public de la métropole, qui compte 1,1 million d'élèves, est fermé ce lundi, tout comme la Bourse de New York.

De nombreux vols ont été annulés, dont une multitude devant quitter des aéroports de l'est du Canada ou s'y poser. Le service de train Amtrak a commencé à annuler plusieurs déplacements de passagers.

Les autorités ont averti que New York, la plus grande ville du pays, pourrait être frappé par un mur d'eau de quelque trois mètres de hauteur, qui pourrait inonder certains secteurs de Manhattan, les tunnels du métro et endommager le réseau électrique et de communications, si vital au bon fonctionnement du principal centre financier des États-Unis.

Le maire de New York, Michael Bloomberg, a ordonné l'évacuation d'une partie de Lower Manhattan et des Rockaways, une région côtière basse dans l'arrondissement de Queens.

«Si vous n'évacuez pas, vous ne mettez pas seulement en danger votre vie, vous mettez aussi en danger la vie des premiers répondants qui vont aller vous secourir», a souligné M. Bloomberg. «C'est une tempête sérieuse et dangereuse.»

Le gouverneur du New Jersey Chris Christie, qui a été vertement critiqué pour ne pas avoir interrompu ses vacances familiales en Floride lorsqu'une tempête de neige avait paralysé son État en 2010, a mis fin à ses activités de campagne avec le candidat républicain Mitt Romney en Caroline du Nord, vendredi, pour rentrer chez lui. L'état d'urgence a été déclaré samedi au New Jersey.

Dans ses conseils à ses concitoyens, M. Christie s'est fait un peu moins diplomate que le maire Bloomberg. «Ne soyez pas stupide. Sortez!», a-t-il lancé.

Les experts estiment que la tempête imprévisible qui résultera de la collision entre les trois systèmes météorologiques aura un impact dans un rayon de 1300 kilomètres, de la côte Est aux Grands Lacs.

Les risques ne sont d'ailleurs pas limités aux régions côtières. Les météorologues s'inquiètent bien davantage des inondations dans les terres que des vents. Les pluies pourraient saturer le sol, provoquant des chutes d'arbres sur des lignes électriques, ont indiqué des responsables des services publics, appelant les résidants à se préparer à des pannes de courant de plusieurs jours.

La tempête est si importante qu'«on ne peut tout simplement pas prévoir qui encaissera le plus fort du choc», a déclaré Rick Knabb, directeur du NHC.

La méga-tempête pourrait provoquer d'importantes chutes de neige en Virginie-occidentale, en Virginie, au Kentucky et en Caroline du Nord. Au moins 60 centimètres de neige sont attendus dans certaines régions.

En Virginie, la Garde nationale a obtenu l'autorisation de mobiliser jusqu'à 500 hommes pour transporter les débris et nettoyer les routes.

Le président Barack Obama surveille la progression de la tempête et travaille avec les administrations des États et des villes pour s'assurer qu'elles obtiennent les ressources nécessaires pour se préparer, ont indiqué des responsables fédéraux.

Il a promis que le gouvernement allait réagir de «façon importante et rapidement» après le passage de la tempête.

«Mon message aux gouverneurs et aux maires est que nous serons là pour répondre à tous leurs besoins, et nous ferons fi de la bureaucratie. Nous ne nous laisserons pas ralentir par trop de règlements», a-t-il déclaré.

M. Obama a aussi imploré aux citoyens de prendre soin de leur voisinage.

«Dans des cas comme ça, les Américains ont l'habitude de travailler main dans la main et de s'entraider. Alors, il pourrait y avoir des aînés dans votre secteur. Allez voir votre voisin, allez voir votre ami. Assurez-vous que tout le monde est préparé. Si nous agissons de la sorte, nous allons passer à travers cette tempête.»

Dans les Caraïbes, le passage de Sandy a fait 65 morts, dont 51 à Haïti seulement.

Avec Marie-Eve Lafontaine

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer