Une bière qui a la poigne à Jean Chrétien

Isaac Tremblay de la microbrasserie Le Trou du... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Isaac Tremblay de la microbrasserie Le Trou du Diable de Shawinigan avec une bouteille de la Shawinigan Handshake.

Photo: Émilie O'Connor

Paule Vermot-Desroches

Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'un des événements politiques les plus médiatisés au Canada dans les 20 dernières années a inspiré la microbrasserie Le Trou du Diable, qui vient d'embouteiller et de commercialiser l'une de ses bières, la Shawinigan Handshake.

Cette poignée de... gorge réservée par le premier ministre Jean Chrétien au militant Bill Clennett en février 1996 lors d'une manifestation à Ottawa est maintenant immortalisée sur les bouteilles de cette bière, qui est déjà servie en fût depuis quelques années à la microbrasserie de la rue Willow.

Seule différence, ce n'est pas le manifestant Bill Clennett que l'ex-premier ministre empoigne sur cette étiquette dessinée par l'illustrateur Dominic Philibert, mais bien le diable en personne... un diable qui ressemble étrangement à l'un des partenaires et directeur général de cette coopérative, Isaac Tremblay. «Ils sont plusieurs à dire que ça me ressemble», lance le principal intéressé, en éclatant de rire.

Joint par Le Nouvelliste au téléphone, l'autre principal intéressé dans cette histoire, Bill Clennett, a été plus que surpris d'apprendre que sa mésaventure de 1996 servait maintenant à l'identification d'une bière du patelin de M. Chrétien. D'abord peu réceptif à l'idée, ce militant de Québec Solidaire s'est par la suite ravisé en apprenant qu'il s'agissait de l'oeuvre d'une coopérative.

Toutefois, il semble que M. Clennett en avait contre le nom donné à la bière. Quelques jours après son entretien téléphonique avec Le Nouvelliste, il a décidé de porter plainte à l'Office québécois de la langue française (OQLF) au sujet du nom du produit, comme quoi il pourrait contrevenir à l'article 168 de la Charte de la langue française. Une plainte qui ne devrait pas faire long feu, selon Martin Bergeron de l'OQLF, puisque les marques de commerces enregistrées font exception à cet article de la loi.

Au sujet de l'utilisation de l'incident, M. Clennett a déclaré: «Ça ne va pas m'empêcher de dormir, mais j'espère seulement qu'on ne perde jamais de vue ce qui était à l'origine de ça, notre manifestation pour la protection du bien commun alors que le gouvernement s'apprêtait à sabrer dans le programme d'assurance-chômage. J'ai été capable de pardonner l'incident, mais je ne pardonne pas ce qu'on a fait aux chômeurs et aux chômeuses à l'époque. Je souhaite seulement que les gens qui commercialisent cette bière n'évacueront pas la signification qu'il y avait derrière cette empoignade», signale M. Clennett.

Bon joueur, Isaac Tremblay a accueilli avec philosophie les propos de Bill Clennett. «Si ça peut lui permettre de ramener à l'avant-plan les motivations de sa lutte, et bien tant mieux. Qu'il en fasse un événement positif», lance-t-il.

Clin d'oeil

Loin d'avoir voulu en faire un symbole politique ou une quelconque prise de position, Isaac Tremblay croit plutôt que la Shawinigan Handshake se veut un clin d'oeil à un événement devenu plutôt folklorique qui a marqué la carrière politique du «p'tit gars de Shawinigan», qui semble d'ailleurs être lui-même un amateur de la microbrasserie.

«Lorsqu'il est au lac des Piles, il arrive que M. Chrétien vienne nous rendre visite et déguste nos bières. C'est lors d'une de ses visites que nous lui avons soumis l'idée. Ça n'a rien à voir avec des idées politiques ou quoi que ce soit. M. Chrétien est quelqu'un du coin, avec qui il est agréable de discuter quand on s'arrête et qu'on prend cinq minutes. On trouvait que c'était un beau clin d'oeil», soutient-il.

Brassée une fois par année durant l'October Fest, la Shawinigan Handshake a été embouteillée pour la première fois cette année, à raison de 140 caisses, qui ont déjà été écoulées. L'une de ces caisses a d'ailleurs été envoyée au lac des Piles, à la résidence de M. Chrétien. Isaac Tremblay prévoit cependant en brasser une cuvée spéciale pour la Coupe Memorial. Pour cette série historique, ce ne sera pas le diable que l'ex-premier ministre empoignera sur l'étiquette, signale Isaac Tremblay. «Je garde la surprise pour plus tard», a-t-il simplement ajouté.

Quant à Bill Clennett, le militant confirme ne pas avoir l'intention de faire des pieds et des mains pour trouver une bouteille de la Shawinigan Handshake et en faire la dégustation. «Je suis un amateur de vin plus que de bière», lance-t-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Don Cherry étranglé par Jean Chrétien

    Actualités

    Don Cherry étranglé par Jean Chrétien

    La nouvelle fera sans doute le bonheur de plusieurs amateurs de hockey du Québec. C'est le très coloré commentateur de hockey de la CBC Don Cherry... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer