35 iPad au CNDA dès septembre

De gauche à droite: Mylène Proulx, directrice adjointe... (Photo: François Gervais)

Agrandir

De gauche à droite: Mylène Proulx, directrice adjointe à la pédagogie des TIC et des ressources informatiques en compagnie de deux élèves, Raphaël Allison et Rosémilie Duhaime.

Photo: François Gervais

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Nicolet) Il y a cinq ans à peine, la direction du Collège Notre-Dame-de-l'Assomption, à Nicolet, était toute fière d'annoncer qu'elle prenait la voie technologique en permettant à ses élèves d'utiliser un ordinateur portable dans leurs cours comme outil de travail.

Dès septembre, le CNDA fera un pas de plus dans cette voie en équipant l'école de 35 tablettes électroniques de marque iPad, d'Apple, qui serviront aux élèves de première à cinquième années du secondaire.

L'investissement de 20 000 $ permettra au CNDA de «demeurer un leader dans le domaine des nouvelles technologies», fait valoir le directeur, Robert Cyr. «On est la seule école dans la région, à notre connaissance, à offrir un programme qui intègre le iPad au programme d'apprentissage», ajoute-t-il. «Dans un monde où les nouvelles technologies sont en constante évolution, il nous apparaît primordial que les élèves reçoivent une formation qui tienne compte de cette progression», dit-il.

Le iPad est un outil coloré, léger, d'un usage facile et intuitif, bref, un appareil plutôt amusant. Céline St-Cyr, qui enseigne le français en troisième secondaire au CNDA, ne prévoit pas que l'outil en question viendra perturber les classes.

Les professeurs composent déjà avec des ordinateurs portables sur les pupitres des élèves depuis 5 ans, dans le programme des TIC (technologies de l'information et des communications). À lui seul, «l'ordinateur est tout un centre de divertissement déjà», fait-elle valoir. «C'est à nous de composer avec ça», dit-elle.

Mais il appert que les professeurs y voient plus d'avantages que d'inconvénients puisque le iPad, qui compte plus de 1300 applications pédagogiques, pourrait aider à maintenir, au contraire, l'attention des élèves.

Mme Cyr, comme plusieurs de ses collègues, a déjà plusieurs projets en tête pour enseigner à partir du iPad. «Ça ne remplacera pas la bonne relation professeur-élève. C'est un outil qui se rajoute, un défi pour les professeurs», estime-t-elle.

Mylène Proulx, la directrice adjointe à la pédagogie des TIC et des ressources informatiques au CNDA, explique que le choix s'est porté sur Mac pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les produits Mac ne sont pas susceptibles aux virus ni aux programmes malveillants.

Le iPad est apprécié pour sa portabilité. Il est sans fil et possède une autonomie de 10 heures, soit presque deux journées de classe. Les applications sont facilement repérables sur l'écran, son usage est intuitif et il n'est point besoin d'une formation pour arriver à s'en servir, explique Mme Proulx.

Cette dernière ajoute avoir consulté des écoles où d'autres types de tablettes électroniques ont été achetées. «Elles le regrettent beaucoup, car elles sont limitées», dit-elle.

Mme Proulx ajoute que les maisons d'édition sont en train de transformer leurs manuels scolaires en livres numériques qui seront compatibles avec Mac.

Les iPad seront utilisés en classe pour la réalisation de projets particuliers.

«Notre principal objectif avec le iPad, c'est d'adapter notre enseignement aux nouvelles générations de téléphones intelligents et à l'avènement des tablettes», résume le directeur du collège.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer