Brian Barton croit toujours à la mission à Gaza

Brian Barton, au moment où il annonçait sa... (Photo: Krystine Buisson)

Agrandir

Brian Barton, au moment où il annonçait sa participation à la Flottille de la liberté II.

Photo: Krystine Buisson

Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) En dépit de tous les obstacles qui se dressent devant elle, Brian Barton, du Comité solidarité Trois-Rivières, croit toujours fermement que la Flottille de la liberté II doit forcer le blocus de Gaza.

Il reste par ailleurs confiant que si l'armée israélienne tente de l'intercepter, ce qui semble acquis, ce ne sera pas dans un bain de sang comme ce fut le cas avec la première flottille alors qu'on a déploré 9 morts et 50 blessés parmi les passagers.

Il semble que les participants de cette mission provenant de 22 pays différents doivent toutefois s'attendre à être traduits devant des tribunaux israéliens, ce qui risque de ne pas être de tout repos non plus.

On se souviendra que le Trifluvien de 86 ans devait être du voyage et prendre place dans le bateau canadien pour Gaza mais que des problèmes de santé l'ont finalement empêché de prendre part à ce dangereux périple.

Malgré tout, Brian Barton reste actif au sein de la mission à titre de répondant canadien, participe à des conférences téléphoniques et reste en contact quotidien par courriel avec la mission.

«On n'a pas tous les détails malgré tous ces contacts, car les responsables veulent préserver une certaine confidentialité. On ne veut pas envenimer la situation pour rien», note-t-il.

Comme tout le monde, il assiste impuissant aux débats passionnés qu'a déclenchés le projet humanitaire de la Flottille de la liberté II: dénonciation du projet par plusieurs gouvernements, menace de représailles contre les journalistes qui prendraient place sur les bateaux (retirées depuis), préoccupation par Israël de la présence possible d'armes chimiques sur les bateaux de la flottille, présumés actes de sabotage contre plusieurs navires de la flottille, mystérieux vols de matériel appartenant aux responsables du projet, inspections abusives, faux témoignage sur le Web tentant de discréditer la flottille, contestation légale des Américains, bref, autant d'événements qui ont empêché les navires de quitter la Grèce pour Gaza cette semaine.

Une chose est certaine, la couverture médiatique mondiale qui a entouré les déboires de la flottille humanitaire mais aussi plusieurs reportages réalisés sur les conditions de vie critiques des Gazaouis ont tout de même contribué à sensibiliser l'opinion publique au sort de la population de Gaza sous le blocus. En ce sens, la mission est déjà un succès reconnaît Brian Barton. «En tout cas, on peut dire qu'il y a de l'intérêt. C'est important parce que c'est aussi ça l'objectif.»

Mais ce dernier estime qu'il ne faut pas en rester là. Même si quelques médias, européens notamment, ont déjà sonné le glas de la mission, M. Barton confie qu'il serait très étonné que ses collègues renoncent. Il ajoute toutefois qu'il comprend que cela puisse être difficile pour ceux qui patientent sur le bord de la Méditerranée sans pouvoir s'embarquer comme prévu.  «J'espère au moins qu'ils prennent du soleil et se baignent», blague-t-il.

À ceux qui, comme Jack Layton chef du NPD, lui font remarquer qu'il existe une filière officielle pour acheminer des biens essentiels aux Gazaouis (médicaments comme matériaux de construction), Brian Barton répond qu'emprunter ce chemin, soit en passant par Israël, équivaudrait à reconnaître le blocus, sans compter que tous les biens destinés à Gaza feraient l'objet d'une fouille et d'un tri, ce qui à son avis est inacceptable.

«On veut avoir le droit de livrer n'importe quoi, sauf de l'armement», insiste M. Barton qui note par ailleurs que les participants à la flottille n'ont pas d'objection à ce que des représentants de l'ONU inspectent les bateaux pour rassurer Israël.•

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer