Traverser l'Afrique pour une bonne cause

Patrick Trahan s'embarquera prochainement dans un périple de... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Patrick Trahan s'embarquera prochainement dans un périple de 25 000 km à moto en Afrique afin d'amasser des dons pour la Fondation Rêves d'enfants.

Photo: Émilie O'Connor

(Trois-Rivières) Après avoir complété pour la première fois en 2010 le prestigieux rallye Dakar et avoir participé à plusieurs autres courses d'endurance à moto, le Trifluvien d'origine Patrick Trahan est sur le point de s'embarquer dans une autre aventure: parcourir 25 000 km en solitaire en Afrique afin d'amasser des fonds pour la Fondation Rêves d'enfants.

Pour l'aventurier de 43 ans, parcourir l'ensemble du continent africain, un exploit qu'il compte d'ailleurs accomplir en 60 jours de moto, constitue un rêve qu'il chérit depuis un bon moment.

Bien qu'il soit habitué de rouler en moto dans des conditions extrêmes et qu'il a traversé des embûches lors de ses trois participations au Dakar et à d'autres rallyes, certaines facettes du périple qui débutera le 26 mars prochain représentent l'inconnu pour

lui. Fait à noter, s'il réussit à relever son défi dans le nombre de jours prévus, il établira un nouveau record du monde. Le seul autre motocycliste à avoir fait ce parcours l'a complété en un total de 280 jours, incluant les périodes de repos.

«Ça sera moins intense physiquement et épuisant que le Dakar, mais ça sera plus long et surtout différent comme expérience. Je ne pourrai notamment pas rouler aussi vite. Il ne faut pas que je chute et que je me blesse ou que je brise la moto. Dans une course comme le Dakar, il y a un hélicoptère au-dessus de ta tête et tu as des mécaniciens qui t'attendent. Là, je serai pas mal tout seul. La moto doit donc être sur ses deux roues tout le temps.

Je vais devoir également faire du camping, ce à quoi je ne suis pas trop habitué. Comme je prévois visiter des pays assez chauds politiquement, comme la Libye, je vais peut-être devoir changer mon trajet si les frontières sont barrées. D'ailleurs, ça ne m'effraie pas de visiter ces pays-là», explique-t-il avant de préciser qu'il a tout planifié son trajet en se basant sur 16 000 points GPS.

L'organisation du défi au cours duquel il visitera 26 pays, qui nécessite d'ailleurs un investissement total d'environ 40 000 $, occupe l'aventurier à plein temps depuis plusieurs mois. Modifications sur la moto afin de l'adapter parfaitement au défi, gestion du visa et du transport de l'équipement et recherche de commanditaires constituent quelques-unes des tâches qu'il a dû récemment effectuer.

«Au niveau de la préparation, c'est ce que j'ai fait de plus gros à date dans ma vie. Il y a également des cinéastes de Toronto qui veulent réaliser un film qui sera présenté lors du Festival de films d'aventure de Banff. Je vais donc devoir me filmer à chaque soir et ça prendra de l'équipement pour ça», mentionne-t-il.

Ce dernier tient à souligner la collaboration et l'aide de plusieurs commanditaires, dont les boutiques Motos Thibault et Atmosphère de Trois-Rivères, sans qui cette aventure serait toujours un rêve en suspens.

Étant donné qu'il réalisera en quelque sorte un de ses rêves, il est normal pour lui de le faire au profit de la Fondation Rêves d'enfants. Pour chaque kilomètre qu'il parcourra, le motocycliste espère amasser 1 $. Les personnes désireuses de faire des dons peuvent le faire en se rendant au www.rideafrica4wishes.com/fr. Il a d'ailleurs déjà amassé 3000 $, et ce, même s'il n'a pas encore mis les pieds sur le continent africain.

«Ça fait 10 ans que je fais des rallyes à moto et que je réalise mes rêves d'une certaine façon. Pour le Dakar, ça m'a pris 15 ans pour me rendre à la ligne de départ et 10 ans pour pouvoir le terminer. Des fois des rêves, c'est long à compléter. La Fondation aide des enfants qui n'ont pas autant de temps que moi pour réaliser les leurs. La Fondation a donc besoin d'un coup de main et c'est pour ça que j'ai décidé de relever le défi pour eux», confie-t-il.

Les gens pourront suivre les péripéties du Trifluvien d'origine pratiquement en temps réel en se rendant sur le site Internet du défi. L'aventurier écrira notamment un blogue quotidien dans lequel il racontera des anecdotes.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer