Des incidents cachés à Gentilly-2?

Des documents d'Urgence Environnement font état de 35... (Photo: Ève Guillemette)

Agrandir

Des documents d'Urgence Environnement font état de 35 accidents technologiques en 2009.

Photo: Ève Guillemette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

(Bécancour) Pas moins de 35 accidents technologiques sont survenus en 2009 à la centrale nucléaire Gentilly-2. Dans des documents d'Urgence Environnement obtenus par Radio-Canada grâce à la Loi sur l'accès à l'information, on y découvre qu'aucun de ces incidents n'a toutefois été rapporté dans les rapports publics d'Urgence Environnement.

Bien que la plupart de ces incidents demeurent mineurs, certains ont de quoi soulever des questions, rapporte Radio-Canada. En effet, le 27 octobre 2009, des vapeurs contenant de l'hydrazine se sont échappées dans l'air à la suite de l'arrêt du réacteur. Puis, le 13 août 2009, environ 2000 litres d'eau contenant de l'hydroxyde de potassium, un produit chimique corrosif, ont été déversés.

Lors de la création d'Urgence-Environnement, en 2008, la ministre de l'Environnement Line Beauchamp avait mentionné que chaque intervention de l'organisme devrait faire l'objet d'un rapport public. Un porte-parole d'Urgence-Environnement a toutefois mentionné que tous les incidents survenus à la centrale étaient en-deçà des normes permises par l'État, qu'Urgence-Environnement n'avait pas eu à se déplacer et que l'organisme n'était donc pas tenu d'émettre un rapport public pour des incidents sur lesquels il n'intervenait pas.

Le député de Nicolet-Yamaska, Jean-Martin Aussant, a toutefois vivement réagi hier soir en apprenant la nouvelle. Selon lui, il est très inquiétant de constater que des événements très mineurs survenus ailleurs qu'à Gentilly-2 ont été rapportés publiquement par Urgence-Environnement, mais que les incidents survenus à la centrale nucléaire ne méritaient pas qu'on en informe le public.

«Ça prouve encore une fois qu'il y a un manque total de transparence dans ce dossier. Si on avait pu mener la question en commission parlementaire, nous aurions pu fouiller la question, mais ce n'est pas le cas», a déploré Jean-Martin Aussant au Nouvelliste.

Ouvertement contre la réfection de la centrale nucléaire pour des raisons économiques, Jean-Martin Aussant constate que ces nouvelles révélations ne viennent que fournir des arguments supplémentaires pour remettre en question cette réfection.

«Si des événements similaires ont été dénoncés par Urgence-Environnement mais qu'on cache ce qui se passe à la centrale nucléaire, on peut se poser des questions. Il y a comme un drap d'opacité devant cette centrale. Mais si le gouvernement lui-même n'est pas à l'aise de rendre public ce qui peut survenir à Gentilly-2, il est normal que la population se pose elle aussi des questions», croit le député.

Ce dernier participera, le 1er mai prochain, à un forum qui se tiendra à l'UQTR sous le thème «Le sort du nucléaire québécois: Un choix de société», organisé par plusieurs associations, dont le Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire, le Mouvement Vert Mauricie et Nature Québec. Selon Jean-Martin Aussant, il est clair que ces nouvelles révélations viendront teinter les discussions qui se dérouleront au cours de ce forum.

De plus, le député entend interpeller le ministère de l'Environnement sur la question la semaine prochaine, à l'occasion de l'étude des crédits.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer