Un budget bonifié pour le transport adapté

La ministre des Transports, Julie Boulet, faisait l'annonce... (Photo: Krystine Buisson)

Agrandir

La ministre des Transports, Julie Boulet, faisait l'annonce à Trois-Rivières de 408 M$ pour le transport adapté québécois. Elle était accompagnée de François Dubois de l'Association des handicapés adultes de la Mauricie, Anne Bourassa de l'Office des personnes handicapées de la Mauricie, Alain Giroux, directeur général d'InterVal, et France Dompierre, directrice des transports terrestres au ministère.

Photo: Krystine Buisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La ministre des Transports et ministre responsable de la Mauricie, Julie Boulet, a choisi d'annoncer à Trois-Rivières la reconduction avec bonification du Programme québécois d'aide gouvernementale au transport adapté pour personnes handicapées, auquel est assorti un budget de 408,8 M$ pour la période 2009-2012, ce qui représente une augmentation de l'ordre de 15 %, (64,2 M$).

L'annonce s'est faite en présence de François Dubois de l'Association des handicapés adultes de la Mauricie, d'Anne Bourassa de l'Office des personnes handicapées de la Mauricie, d'Alain Giroux, directeur général du Centre de réadaptation InterVal et de France Dompierre, directrice des services de transport terrestre des personnes.

 

La ministre a donné l'assurance que cet argent supplémentaire ne se perdrait pas dans des frais administratifs ou des coûts d'énergie.

En plus de maintenir les services existants, ce budget supplémentaire devrait permettre des ajustements à la hausse pour certains organismes, assurer des sommes pour la desserte de territoires encore non desservis et des augmentations de budget qui devraient permettre aux organismes de répondre à la hausse d'achalandage. Ce programme d'aide financière accorde une aide financière totalisant 65 % des coûts totaux d'exploitation.

«De ce montant, 34 millions$ sont consacrés au soutien à la mise en oeuvre de la Stratégie nationale pour l'intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées, lancée le 24 mai dernier», a noté Mme Boulet, tout en insistant sur le fait que cette stratégie vise à assurer l'égalité en emploi aux personnes handicapées et à accroître leur participation au marché du travail.

La ministre a aussi insisté sur le fait que ce type de transport servira également aux personnes âgées à mobilité réduite.

«Dans un contexte où la population est vieillissante au Québec, nous avons la responsabilité sociale de travailler très fort pour répondre aux besoins grandissants», a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que toute croissance d'achalandage supérieure à 1 % sera admissible à des ajustements financiers, et ce afin de permettre aux organismes de transport adapté de répondre à la demande.

Par ailleurs, afin d'améliorer l'intégration des municipalités non desservies à des services existants, le ministère des Transports pourra bonifier l'aide au transport adapté jusqu'à 150 % de ce qui était prévu antérieurement.

«On parle ici de petites communautés ou de communautés en régions éloignées, a précisé Mme Boulet. Au lieu de 100 % on ira à 150 % des coûts.»

En Mauricie, le transport adapté est géré par six organismes qui assurent le service à plus de 3000 usagers qui bénéficient de près de 145 000 déplacements par année sur l'ensemble du territoire. 38 municipalités sur 42 sont desservies par le transport adapté, les quatre restantes ne requérant pas le service.

Au Québec, le transport adapté regroupe 99 organismes de transport qui offrent des services dans 913 municipalités. Plus de 76 000 personnes sont admissibles à ces services. Il faut aussi compter 6,4 millions de déplacements effectués annuellement. 430 minibus, 450 taxis et 30 autocars interurbains adaptés sont également en circulation au Québec.

François Dubois s'est réjoui de cette annonce qui vient améliorer la qualité de vie des personnes handicapées. Ce dernier a souligné que des efforts importants avaient été faits par la Ville de Trois-Rivières pour améliorer l'accès aux endroits publics. Avec comme conséquence que les personnes handicapées ont davantage l'envie de sortir. Donc, il leur faut encore plus de transport adapté.

Interrogée sur la concurrence qui risque de s'établir entre les personnes âgées à mobilité réduite et les personnes handicapées qui ont déjà du mal à obtenir le service aussi souvent que désiré, la ministre s'est dit convaincue que les deux clientèles pourront cohabiter.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer