• Le Nouvelliste 
  • > Dix ans de défis au parc national de la Mauricie 

Dix ans de défis au parc national de la Mauricie

Le maire Michel Angers est devenu un inconditionnel... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire Michel Angers est devenu un inconditionnel des Défis du parc.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) En plus de constituer des rassemblements sportifs d'envergure, les Défis du Parc sont devenus un moteur économique important pour la ville de Shawinigan. Cette contribution au développement commercial de la ville n'est pas sans réjouir le maire de Shawinigan, Michel Angers.

En dix ans d'existence, les Défis du Parc ont attiré des milliers d'adeptes de course et de vélo au parc national de la Mauricie. Si ces événements ont acquis une notoriété certaine, ceux-ci profitent en plus d'une popularité grandissante. Le maire de Shawinigan note d'ailleurs un accroissement constant du nombre d'inscrits.

«C'est un événement qui a pris de plus en plus d'ampleur au fil des années. De plus en plus de participants sont au rendez-vous. L'été, pour les trois jours d'activité, on parle de 6000 à 7000 personnes qui viennent à Shawinigan», soutient M. Angers.

Ce volume important de participants amène évidemment son lot de retombées pour Shawinigan et ses environs. L'organisation a même canalisé cet achalandage autour d'un salon destiné aux participants.

«La partie fort intéressante, et c'est quelque chose que j'avais demandé à l'organisation à l'époque, est l'organisation d'un événement à Shawinigan le vendredi. Le Salon des Défis, qui a lieu cette année à Espace Shawinigan, fait en sorte que tous les cyclistes, tous les amateurs et tous les participants arrivent la veille des Défis pour participer aux activités, ramasser leur trousse, etc. Ils visitent alors l'ensemble des kiosques et des commerçants, qui eux viennent de Shawinigan», explique M. Angers.

Le maire de Shawinigan ajoute que, compte tenu de l'effort physique exigé, les participants ne peuvent prendre part aux Défis sans préparation préalable. Or, Shawinigan tire aussi son épingle du jeu au moment de cette préparation.

«Quand on se permet du faire les Défis du Parc, on ne peut pas se lancer sans avoir expérimenté le parc de la Mauricie. Ce qu'on a constaté au fil du temps, et selon les expertises, c'est que les personnes viennent au moins trois fois pendant l'été pour se familiariser avec le parc. Or, parmi les participants, trois personnes sur quatre proviennent de l'extérieur de la Mauricie, pour un total d'environ 4000 personnes. De plus, ces gens-là viennent en moyenne trois fois au parc», souligne M. Angers.

La présence des gens de l'extérieur est évidemment profitable à l'économie shawiniganaise.

«Les participants viennent d'un peu partout à travers le Québec. Ils découvrent Shawinigan la veille, le parc national de la Mauricie les jours du Défi, et reviennent souvent passer des week-ends en camping ou dans différents hôtels de la ville. Les estimés qui ont été faits parlent de 1,4 à 1,5 million $ de retombées économiques pour les trois jours d'activité.

C'est un événement qui est très couru, fort populaire et qui se distingue parmi les événements de vélo à travers le Québec. Il offre une vitrine tout à fait exceptionnelle à la ville de Shawinigan et au parc national de la Mauricie», ajoute le maire.

Pour illustrer la popularité dont profitent les Défis du Parc, M. Angers rappelle la vitesse à laquelle les gens s'inscrivent.

«Le 105 kilomètres est le défi le plus populaire. Il se remplit en près de 24 h, et attire entre 3000 et 3500 participants. Les gens sont en attente de pouvoir s'inscrire. En terme de vitrine et de publicité pour la ville de Shawinigan, qui souhaite éventuellement être reconnue comme une ville de sport, d'activité physique et de plein air, c'est un événement phare», affirme-t-il.

Le maire de Shawinigan est lui-même un participant des Défis du Parc. Il a confié que de prendre part à l'événement a été bénéfique pour sa santé.

«J'avais le privilège de donner le départ du 105 kilomètres, et je ne cacherai pas que j'avais des frissons quand j'ai vu ces milliers de cyclistes revenir avec la satisfaction du devoir accompli. Alors, j'ai dit aux organisateurs que l'année suivante, je serais du départ. Je me suis mis au vélo, et ça a changé une partie ma vie. Aujourd'hui je suis un adepte du vélo, et j'encourage les gens à bouger. C'est maintenant ma quatrième année en tant que participant au 105 kilomètres. Je dois une fière chandelle à Marie-Josée Gervais et à son équipe», atteste-t-il.

M. Angers n'a pas manqué de saluer le travail des bénévoles, qui sont, selon lui, essentiels au succès des Défis du Parc. «Il ne faut pas oublier qu'il y a 200 bénévoles de Shawinigan et des environs, dont certains agissent depuis 10 ans à titre de bénévoles. C'est extrêmement précieux pour la réussite de l'événement», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer