Destin, fatalité ou hasard?

Avec tout ce qui arrive ces temps-ci dans l'actualité, ces événements nous... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Avec tout ce qui arrive ces temps-ci dans l'actualité, ces événements nous portent à des discussions entre amis. Donc, le «sommes-nous responsables de nos actes» a pris toute la place dans nos discussions et nous a amenés à réfléchir profondément à la question. D'aucuns soutiennent que tout est fixé d'avance, que notre avenir est inévitable, pendant que d'autres, comme moi, ne peuvent adhérer à cette théorie.

Je ne crois ni au destin ni à la fatalité. Ces deux mots rabaissent l'homme et le rendent esclave d'un Être Suprême qui réglerait le cours des choses. J'aime mieux employer les mots «coïncidence ou hasard» pour définir des circonstances quotidiennes qui nous arrivent sans que l'on sache vraiment pourquoi. Bien sûr, au départ de toute chose il y a la liberté de choisir. C'est notre propre décision qui sera source de la réussite ou de l'échec de notre option. Et, il ne faut surtout pas oublier que la liberté dépend du degré d'évolution de chacun.

L'homme en tant qu'être rationnel et libre, même s'il ne peut rien modifier aux événements qui l'affectent, est cependant maître de la manière dont il les accueille et maître de ses propres réactions. Il garde le bon usage de sa raison. Le fou ne réagit pas comme le sage. Par conséquent, il n'en tient qu'à moi de perfectionner ma raison pour porter des jugements sains sur le monde qui m'entoure.

Le destin ou la fatalité sont des mots évoqués par ceux qui veulent se consoler de leur malchance ou de leur manque de volonté.

Il est évident que chacun de nous naît avec des atouts et des faiblesses. Il est évident aussi que certains évènements nous paraissent, après coup, avoir été inéluctables. Ce n'est peut-être pas entièrement faux, dans la mesure où le comportement de chacun obéit à une certaine logique. Celui qui aime la vitesse risque plus qu'un autre d'avoir un accident de voiture! Mais il n'y a pas lieu d'invoquer une fatalité écrite d'avance quelque part.

Je refuse de croire que je suis une marionnette, une actrice inconsciente, que mon histoire est écrite d'avance par quelqu'un d'autre, car si Dieu a d'avance totalisé le sens de mon existence, que peut signifier alors ma liberté ?

Nous avançons tous dans la vie avec notre enfance, notre vécu, notre formation, nos rencontres et c'est tout cela qui fait la richesse de notre vie. J'ai donc appris à m'écouter, à me fier souvent à ma première impression, à mon jugement. Un petit choix anodin en apparence peut parfois changer une vie...

Réjeanne Matton

Shawinigan

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer