La pyrrhotite ne fait pas de discrimination

Qualité Habitation n'a trouvé aucun entrepreneur capable de... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Qualité Habitation n'a trouvé aucun entrepreneur capable de lever la luxueuse demeure de Pierre Germain.

Photo: Stéphane Lessard

Partager

Sur le même thème

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les histoires de pyrrhotite dans les jumelés, les édifices à plusieurs logements et les maisons unifamiliales sont légion, mais hier, on a pu apprendre que l'infâme pierre gonflante ne fait pas de discrimination.
On en trouve aussi dans plusieurs résidences très luxueuses de la région, comme en a témoigné hier Pierre Germain, propriétaire d'une maison évaluée à 700 000 $ sur le chemin du Lac-Saint-Pierre, à Trois-Rivières.
La particularité de cette demeure, c'est qu'elle ne possède pas de sous-sol.

Denis Robillard, directeur de chantier chez Qualité Habitation, a expliqué qu'il a été impossible de trouver un seul soumissionnaire prêt à réaliser les travaux nécessaires pour lever cette maison et changer la dalle pleine de pyrrhotite sur laquelle elle repose.

C'est que même les murs de la maison ne sont pas conventionnels. Ils sont eux-mêmes faits de béton préfabriqué.

Pierre Germain a raconté qu'il a attendu environ un an avant de dénoncer le vice de construction puisqu'il ne croyait tout simplement pas qu'il pouvait s'agir de pyrrhotite et que lui aussi pourrait en être victime.

C'est qu'au début, en 2009, le phénomène s'était manifesté de façon anodine. «On a trouvé une ou deux fissures sur le bord de la porte, en avant du garage. On pensait que la glace avait cassé le ciment», a-t-il raconté à la cour, hier matin, alors que se poursuivait le procès de la pyrrhotite au palais de justice de Trois-Rivières.

En 2010, Pierre Germain a voulu appliquer un scellant sur son plancher de garage pour le protéger.

C'est alors que la catastrophe lui a sauté aux yeux. Le simple fait d'enduire le produit sur le béton a immédiatement mis en relief des centaines et des centaines de microfissures en étoiles.

D'ailleurs, plusieurs témoins ont signalé à la cour, jusqu'à présent, que les fissures faites par la pyrrhotite sont souvent très difficiles à voir, au début.

Souvent, elles sont si fines, vues de l'extérieur, que seul un oeil averti arrive à les percevoir. Surtout sur la face extérieure du béton.

Toutefois, comme ce fut le cas d'un autre témoin, hier, Robert Germain, de la rue de la Madone, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, dès qu'on peut voir les murs de l'intérieur en enlevant les panneaux de gypse et la laine isolante au sous-sol, les fissures ont une allure beaucoup plus inquiétante.

Quand Robert Germain a pu voir l'état de ses murs de fondation à l'intérieur de son sous-sol, «ça m'a fait peur», a-t-il raconté à la cour, hier.

«J'ai vu de la vermine, des fourmis entrer du sable, des fissures d'un quart de pouce. De l'intérieur, on voyait la lumière du jour à certains endroits. Il était temps que les réparations se fassent», a-t-il raconté au tribunal en montrant des vidéos du dégât.

Dans la maison sans sous-sol de Pierre Germain, il est impossible de voir l'état réel de la dalle de béton, sauf dans le garage. Il faudrait en effet arracher les tuiles ou retirer les planchers de bois franc.

Quand il cogne à certains endroits, toutefois, ça n'a pas le même son qu'ailleurs, comme si c'était vide en-dessous, dit-il. Et le coulis entre les tuiles ne cesse de craquer, même si ça fait trois fois qu'il est réparé, raconte le propriétaire.

Pierre Germain avoue qu'il a attendu bien des mois avant de dénoncer la situation à Qualité Habitation, un peu par déni. Un drame comme ça, «c'est jamais chez nous», fait-il valoir. Pourtant, il connaissait bien la pyrrhotite.

«Mon garçon a été un des premiers cas à être diagnostiqué dans la région», a-t-il raconté, comme quoi un malheur n'arrive jamais seul.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer