D'un même coeur pour La Tuque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marcel Gilbert et Jacques Métras.... (Photo: Marc Rochette)

Agrandir

Marcel Gilbert et Jacques Métras.

Photo: Marc Rochette

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Québec) Ils sont nés dans la même ville, la même année, leurs pères portent le même prénom, ils ont choisi le même domaine, la cardiologie, et ils auront mené leur carrière au même endroit: bref, Marcel Gilbert et Jacques Métras ressemblent à deux frères siamois reliés par un même coeur... pour La Tuque.

Le premier est plus âgé que le second... de deux mois, ce qui alimente bien des taquineries entre les deux amis de jeunesse.

D'abord, Marcel Gilbert est né le 6 avril 1941, cinquième d'une famille de six enfants. Marié à Germaine Bouchard, son père, Albert, était contremaître «à la CIP».

Lui-même aura travaillé comme étudiant à l'usine de La Tuque, «au tas de bûches», où il gagnait plus cher que son paternel, en plus d'être moniteur aux terrains de jeux.

Il se rappelle encore de l'adresse familiale, le 560 de la rue Joffre.

«C'était une rue grouillante, on s'amusait», raconte celui qui se souvient du lac Saint-Louis et des 24-Heures de nage, de la course de canots avec «les idoles latuquoises de l'époque, Henri Goyette et Ovila Dénommé», du baseball avec les Croteau, Scarpino et Déziel, du Community Club et de la salle de cinéma.

«Et on allait sur la rue Commerciale le soir, au BBQ», renchérit celui qui aura dû s'exiler dès l'âge de 12 ans pour son cours classique.

En prenant la route de l'Université Laval, il aura également opté pour la médecine. «Le choix n'était pas grand, il y avait aussi la prêtrise, le droit, le notariat et les sciences sociales», tient-il à préciser.

Son parcours de formation aura été marqué par un passage à Montpellier, en France, et à Durham, en Caroline du Nord, au centre médical de l'Université de Duke. Et Dr Gilbert aura été derrière le premier laboratoire d'électrophysiologie, à l'hôpital Laval, de Québec.

Faisant encore aujourd' hui de la consultation à temps partiel, il y aura donc passé toute sa vie professionnelle, à l'exception d'une couple d'années à l'Université de Duke pour y diriger le même type de laboratoire.

Le plus jeune...

Quant au «plus jeune», Jacques Métras, il est également né à La Tuque, le 18 juin 1941. Il est l'aîné d'une famille de six enfants et son père Albert, époux d'Evelyne White, aura été boucher, entre autres, sur la rue... Joffre!

Même si son «exil» pour les études secondaires fut légèrement différent de Marcel Gilbert, il l'aura néanmoins rejoint à la même université.

Pour les emplois étudiants, il aura également abouti «à la CIP» après un passage «dans un moulin du 4-milles». Et durant un été, Dr Métras aura même pu pratiquer son métier à l'hôpital Saint-Joseph où il aura côtoyé les Grégoire, Dubé, Crête, Davidson, Bergeron, Tremblay, Loiselle et un certain Philippe Gilbert, frère de Marcel.

De toute évidence, le sport aura fait partie de sa vie. Quand ce n'était pas le baseball, avec les Braves de La Tuque, c'était le football, qu'il a d'ailleurs démarré en faisant du porte-à-porte pour financer l'achat de l'équipement.

Mais, sans contredit, au niveau sportif, il se sera surtout distingué au hockey en faisant partie, comme défenseur, de l'équipe nationale de l'Est du Canada, à l'époque de Carl Brewer, qui aura connu une belle carrière dans la Ligue nationale.

Si Dr Gilbert est cardiologue, Dr Métras est chirurgien cardiovasculaire et thoracique et il réalise encore des interventions aujourd'hui.

Dans sa formation, il aura également fait un détour aux États-Unis, au centre médical de l'Université de New York, avant de s'installer aussi à l'hôpital Laval où, entre autres, il aura été chef du service de chirurgie cardiovasculaire de l'Institut de cardiologie de Québec.

Outre le fait de partager les mêmes bons souvenirs de l'association des étudiants de l'extérieur de La Tuque, incluant l'organisation d'une parade, les deux bons vivants ont en commun une solide réputation et ce désir d'être informé par le personnel de la présence de patients latuquois aux prises avec des problèmes cardiaques.

Comme quoi ils sont toujours d'un même coeur pour La Tuque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer