«De très mauvais souvenirs»

David Edgar Love était visiblement troublé de se... (PHOTO: FRANÇOIS GERVAIS)

Agrandir

David Edgar Love était visiblement troublé de se retrouver, samedi, devant les locaux du centre de désintoxication Narconon.

PHOTO: FRANÇOIS GERVAIS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) C'est un David Edgard Love visiblement troublé qui a participé, samedi, à une manifestation organisée par le regroupement Anonymous en face des locaux du centre de désintoxication Narconon du boulevard Parent à Trois-Rivières.

«De très mauvais souvenirs. J'ai de très mauvais souvenirs de ce qui m'est arrivé là et de ce qui est arrivé à d'autres personnes. Il y a des choses très mauvaises qui se passent dans ce bâtiment. Ça doit se terminer», a-t-il laissé tomber d'un ton troublé, alors qu'il regardait le bâtiment où il soutient avoir été victime de harcèlement psychologique et sexuel.

La manifestation avait d'ailleurs été organisée par le regroupement Anonymous afin d'appuyer celui qui a déposé des plaintes devant la Commission des droits de la personne et de la Commission des normes du travail. Rappelons que le regroupement Anonymous est constitué de personnes qui dénoncent les agissements de l'Église de scientologie, qu'ils qualifient d'ailleurs de crimes et d'abus. Selon eux, les techniques utilisées chez Narconon sont inspirées des principes de cette église et sont abusives.

David Edgar Love est entré chez Narconon en décembre 2008 afin d'y être traité pour un problème de drogue. Après avoir complété sa thérapie, il a été embauché par le centre de désintoxication afin d'effectuer le suivi auprès des patients qui avaient déjà suivi une thérapie. C'est à ce moment qu'il prétend avoir commencé à douter que le taux de réussite des thérapies n'était pas de plus de 70 % comme s'en vantait l'organisation.

«Quand quelqu'un qui a un problème de drogue ou d'alcool cherche sur Internet afin d'avoir de l'aide et qu'il tombe sur le site de Narconon, il voit le taux de réussite de 70 %. Il a donc des attentes élevées», a-t-il déploré.

De leur côté, les quelques membres du regroupement Anonymous qui étaient présents lors de la manifestation ont tenu à souligner le courage de M. Love.

«C'est assez rare que quelqu'un se prononce publiquement contre la scientologie. Il faut donc appuyer sa démarche», a indiqué un des manifestants.

En plus de participer à la manifestation, David Edgar Love voulait profiter de son passage à Trois-Rivières afin de récupérer des livres lui appartenant et qu'il croyait toujours à l'intérieur des locaux de Narconon. Il avait même envoyé une lettre aux avocats représentant Narconon afin qu'ils avertissent leur client qu'il avait l'intention de les récupérer. L'ancien employé a confié vouloir mettre la main sur ces livres portant sur les étapes du processus de désintoxication utilisé par Narconon afin de comparer leur contenu à celui de livres expliquant les principes de la scientologie.

«J'ai reçu une lettre des avocats de Narconon, hier (vendredi), dans laquelle ils me disaient que mes livres avaient malheureusement été envoyés au recyclage», a-t-il lancé avant d'esquisser un sourire.

Il n'a pas été possible de parler avec le directeur du centre de désintoxication trifluvien, Marc Bernard, afin d'avoir ses commentaires sur les allégations de son ancien employé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer