Un Club gourmand voit le jour

La présidente de la Table de concertation agroalimentaire... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La présidente de la Table de concertation agroalimentaire de l'Outaouais, Diane Clement, est accompagnée de la copropriétaire du restaurant Brut, Linh Ngo, du sous-chef Adam Bannerman, et du chef exécutif Daniel Mongeon. À droite, le propriétaire de la ferme aux Saveurs des Monts, Sylvain Bertrand, qui verra ses produits offerts aux convives.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partager

Pierre Jury
Le Droit

Les bonnes fourchettes ont de plus en plus d'occasions de se réunir. Une autre s'ajoute officiellement, au restaurant Brut Cantina Sociale à Gatineau, ce soir, avec le premier dîner du Club gourmand Croquez l'Outaouais!

La Table de concertation agroalimentaire de l'Outaouais, qui est derrière l'idée, souhaite qu'une quarantaine de gourmands répondent à l'appel. Elle a prévu une douzaine d'autres repas au cours de l'année 2013, dans autant de restaurants de la région.

Les établissements n'ont comme seul engagement que de concocter un menu à partir de produits régionaux. La promotion de ces viandes, fromages, fruits et légumes, s'avère justement le mandat de la Table de concertation, dirigée par Vincent Philibert. Le restaurant fixe ses prix: Brut exige 50$ pour le repas inaugural du Club gourmand, qui fera cinq services. Champignons, bison, fromage, miel, caille, voilà autant de produits alimentaires régionaux que le chef de Brut, Danny Mongeon, et son sous-chef, Adam Bannerman, proposeront sur la carte.

Dans la formule du Club gourmand, le restaurant prend aussi les réservations, qui doivent être accompagnées du numéro du membre.

À Ottawa, le journaliste en alimentation Ron Eade a organisé «entre 12 et 14 dîners» semblables pendant un an et demi. «Nous avions environ 200 noms sur notre liste d'envoi, et toujours 35 à 37 convives à table, a-t-il expliqué. Un ami, Mike McCracken, avait copié l'idée sur un concept semblable à la Nouvelle-Orléans. Nous avons arrêté en 2012 après un souper qui n'a pas marché. Finalement, c'était beaucoup de travail. Personne ne faisait un sou avec ça, même pas un repas gratuit.»

La Table de concertation espère qu'un frais de membership à 25$ fidélisera la clientèle.

Au cours de 2013, le Club gourmand doit s'arrêter chez Chocomotive, au club de golf Le Sorcier, au Tartuffe, au Pub Chelsea, à l'Orée du bois, chez Gy, au Moulin de Wakefield, aux Fougères, chez Gainsbourg et aux Brasseurs du temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer