Il faut passer la porte du Huong's Vietnamese Bistro

Partager

Sur le même thème

Pierre Jury
Le Droit

Huong's Vietnamese Bistro paraît mieux sans qu'on le prenne en photo. Alors on s'en passera. Ce restaurant d'une quarantaine de places est coincé dans un semi-détaché commercial qui ne paie pas de mine. D'un côté, un chantier de construction jonché de détritus, et de l'autre, un terrain vague.

On entre par un escalier extérieur peu attrayant pourrait-on au moins ramasser ce qui traîne? À ces seules caractéristiques, il n'y a aucune raison d'aller plus loin.

Mais ce serait une erreur. Il faut passer la porte.

Ce n'est pas la salle à manger qui séduira non plus. Elle ressemble en plusieurs points à bien d'autres restaurants asiatiques d'ici et d'ailleurs, avec des décorations kitsch sans intérêt, un mobilier strictement utilitaire.

N'aurait-il pas été plus simple et plus accueillant d'entrer en face, chez New Mee Fung (Cote Jury 14/20, février 2012), un autre restaurant vietnamien de la rue Booth? Ou encore Pho Licious, quelques pas plus haut, près de la rue Somerset, où l'on sert une soupe pho pas mauvaise du tout.

Bon indice

Huong's mérite donc une profession de foi. Car pour plusieurs, ce serait l'un des meilleurs restaurants vietnamiens de la région.

Un bon indice? La moitié des clients est d'origine vietnamienne; ce n'est pas le cas dans tous les autres vietnamiens fréquentés à Ottawa, autour du Quartier chinois ou ailleurs.

Un autre indice? Huong est l'un des rares endroits à servir le banh xèo (8,50 $), une étonnante crêpe croustillante faite de farine de riz, pliée en deux et garnie de pousses de soja et de viande. Le serveur vous initiera volontiers à la technique que ses compatriotes ont développée pour la manger, enrobée dans une feuille de laitue. C'est aussi élégant que déguster un taco mexicain - mettons cela sur le coup de la technique à perfectionner. Mais l'ensemble des saveurs est étonnant: la fraîcheur aqueuse des pousses, le croquant de la crêpe, le moelleux de la viande (porc, crevettes, parfois les deux), la chaleur de la garniture et le frais de la laitue.

Des rouleaux

En ouverture, vous aurez peut-être opté pour ces très honnêtes rouleaux vietnamiens, faits de farine de riz (4,50 $ pour deux), servis frais plutôt que les «egg rolls» qui sont frits. Les Vietnamiens servent les leurs avec une sauce légèrement sucrée et fortement parfumée aux arachides - celle-ci aurait besoin d'être revue et relevée à la fois.

Plusieurs sautent cette étape ou optent pour le banh xèo, parce que l'un des plats principaux les plus populaires sont justement les rouleaux de pâte de riz que l'on fait à table. Pour 10,50 $, vous obtenez sept ou huit minces feuilles de riz détrempées, servies dans un présentoir de plastique qui les garde humides et décollées. On s'amuse alors à les assembler à sa table, avec plus ou moins de succès (le truc est de ne pas trop les garnir, c'est plus facile à les rouler bien serrés). Tout est là sous vos yeux: fines vermicelles, carottes émincées, concombre, pousses de soja, basilic frais et la viande que vous aurez choisie (porc, boeuf, poulet, etc.) Pour les gens qui n'ont pas de gros appétit, il y a presque là de quoi nourrir deux personnes.

Sinon, il y a toujours la soupe pho que les Vietnamiens retrouvent à tous les coins de rue à toutes les heures du jour. Huong la réussit très bien (6 à 7 $) grâce à un bouillon de boeuf qui a cuit longtemps, goûteux mais bien dégraissé. Cela laissera toute la place aux garnitures que seront la viande, le basilic, les nouilles de riz, les pousses de soja... et le mariage de sauces (hoisin et pimentée) que chaque adepte mélange à son goût.

Ou encore, les éternels plats à base de riz ou de vermicelles. Ils sont garnis des mêmes viandes que les roulés de pâte de riz. Elles sont grillées ou faites au barbecue. Pour un peu plus d'exotisme, il y a comme ces minuscules feuilles de vigne farcies: en réalité, c'est du boeuf haché assaisonné et cuit dans une mince feuille indigène. Ou encore, de la pâte de crevette étendue autour d'un bout de tige de canne à sucre: on mange la crevette puis on suce des bouts de canne à sucre pour en extirper le sirop.

Au dessert, les Vietnamiens ont entre autres conservé le flan des Français qui ont occupé leur pays grosso modo entre 1850 et 1950 (et leur version du sous-marin, le banh mi, pour «pain de mie»). Plus joli encore, ou à tout le moins plus poétique, le «gâteau fougère d'eau» (3,50 $). Il s'agit simplement d'une pâte de riz sucrée et teinte verte, nappée d'un sirop de noix de coco. La texture pâteuse n'est pas sans rappeler toutes ces sucreries à base de pâte de riz (les «moshis» fourrés de pâtes de fruits, etc.) dont les Chinois sont friands.

En guise de consommation, la maison sert du thé à volonté.

Le service est efficace, même à heure de grande affluence, quoique sans façon.

Pour deux personnes, prévoyez entre 20 et 30 $, plus taxes et service.

Pour y aller

Huong's Vietnamese Bistro, 343, rue Booth, Ottawa, 613-237-8755

Cote Jury 12,5/20

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Nouveau bar sportif au marché By

    Restos

    Nouveau bar sportif au marché By

    Lundi, un nouveau et gigantesque bar sportif ouvre ses portes à Ottawa: Real Sports Bar & Grill, qui entend renouveler le genre dans la région de la... »

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer