L'homme aux paniers de Place Cartier

Sur le même thème

Si vous avez visité le centre commercial Place Cartier du secteur Hull, vous l'avez sûrement vu.

Ou du moins, vous avez assurément remarqué un homme qui pousse des paniers de magasinage monté sur son vélo.

Été comme hiver, beau temps ou mauvais temps, cet homme est constamment à la chasse aux paniers.

Ça fait des années que je le vois zigzaguer autour des voitures, tenant son guidon d'une main et des paniers de magasinage de l'autre.

 

En le voyant aller, je me dis qu'il va finir par se planter. Qu'il va accrocher une voiture dans le stationnement ou pire encore, qu'il va se faire renverser dans «l'exercice de ces fonctions». Car, c'est tout un travail que cet homme fait à chaque jour.

C'est bizarre tout de même de voir une personne tous les jours, et ce, pendant des années, sans jamais lui avoir adressé la parole. À chaque fois que je le vois, c'est immanquable, je me demande qui il est. Mais à tout coup, c'est la même chose. Je n'ose pas lui poser la question. Pourtant, il a l'air sympathique cet homme. Il serait facile de le saluer. De lui dire que j'ai rarement vu un homme aussi concentré sur son boulot. En fait, est-ce un travail ou simplement une manière de passer le temps et de se tenir en forme. Parce qu'il est clair que ce bonhomme-là doit avoir un coeur d'athlète et des poignets en béton. Manoeuvrer des paniers tout en roulant à vélo, ça prend de l'entraînement. Et il le fait même l'hiver!

Récemment, j'en ai parlé à ma copine alors que nous allions faire les courses.

«Pourquoi tu ne lui parles pas?, m'a-t-elle dit. Tu devrais au moins lui demander son nom».

«Une autre fois», ai-je répondu.

Mais à chaque fois que je le croise, je regarde ailleurs. Il doit sûrement avoir un problème de santé mentale, me dis-je. Je n'ai pas envie de perdre mon temps avec un homme comme lui.

À chaque fois donc, je me réfugie dans mes préjugés.

Mais de quel droit je peux porter un jugement sur cet homme? Moi qui me targue d'avoir l'esprit large. D'inculquer à mes enfants des valeurs de tolérance et d'inclusion. Je déteste le racisme, les préjugés, la calomnie, les mensonges et la malhonnêteté.

Et pourtant, je tombe dans le piège à chaque fois.

En vérité, l'homme aux paniers n'en a rien à foutre de ce que je pense. Lui, il a une mission: celle de débarrasser le stationnement du centre commercial hullois de tous ces paniers qui traînent et qui, avouons-le, sont une source de danger pour les automobilistes distraits que nous sommes.

Mais, en fin de compte, je constate que je suis fasciné par l'homme aux paniers. Il y a longtemps que j'ai envie de vous en parler, mais je remettais toujours à plus tard. Une autre fois, que je me disais... encore!

Et maintenant que j'ai brisé la glace, il me reste à lui parler. Simplement le saluer en passant. Lui, qui semble toujours si occupé, aura peut-être aussi envie de me saluer.

On verra bien si, cette fois, je mettrais de côté mes préjugés pour voir en lui un homme comme les autres. Mais en fait, il n'est pas vraiment comme les autres. L'homme aux paniers est sans doute bien plus heureux qu'un grand nombre d'entre nous. Pensez-y un peu. Il travaille au grand air, il n'a pas de patron, il fait ses propres horaires et il peut prendre des vacances quand bon lui semble. Ne seraient-ce pas là des conditions de travail que nous voudrions tous avoir?

En fin de compte, qui de nous est le plus à plaindre?

 

Centraide Outaouais remercie Desjardins -  Centraide Outaouais remercie... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Centraide Outaouais remercie Desjardins -  Centraide Outaouais remercie les employés et dirigeants de Desjardins en qui ont amassé la somme de 77 900 $ lors de la dernière campagne de financement. Desjardins se classe donc parmi les cinq plus importantes campagnes d'employés en terme de résultats en 2008. Sur la photo, Sylvain Ladouceur, directeur à la recherche et au développement philanthropique, Daniel Chevrier, président de campagne 2008, Claude Coulombe et Marc Geoffroy, de Desjardins.

Photo courtoisie

Du nouveau pour les Chansonniers

Comme le printemps, Les Chansonniers d'Ottawa arrivent en force en annonçant la production d'un nouvel album intitulé Et c'est pas fini.

Plusieurs des chansons de ce disque seront interprétées pour la première fois lors du spectacle commémorant le 35e anniversaire de cette troupe composée de 70 personnes de la région.

Les autres chansons sont celles que les Chansonniers ont interprétées récemment à Ottawa ou lors de leur tournée dans le nord de l'Ontario.

Le spectacle de 35e anniversaire sera présenté les 11, 12 et 13juin au nouveau Centre des arts Shenkman qui sera situé sur le boulevard Centrum à Orléans.

L'album sera disponible en mai. Pour obtenir votre exemplaire, vous pouvez communiquer avec Carolyn au 613-820-8063.

Les cadets ont encore une fois gagné - ... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Les cadets ont encore une fois gagné -  Les cadets de la Ligue navale du Canada de Gatineau-Métropolitain tenaient récemment son brunch bénéfice. Près de 280 personnes ont profité d'un excellent déjeuner servi par plusieurs conseillers municipaux, le maire de Gatineau Marc Bureau et le député Richard Nadeau. La présidente d'honneur, Maude Lacelle, a permis de rallier de nombreux partenaires de la communauté à la cause des cadets d ment des activités de formation des jeunes filles et garçons de la communauté de Gatineau qui sont âgés de 12 à 18 ans. Le corps de cadets de la marine a été fondé il y a maintenant huit ans et jouit d'une solide réputation.

Photo courtoisie

Une soirée pour mélomanes

Dans le cadre des soirées Lundis Mélomanes du café Aux Quatre Jeudis, le groupe City of a Hundred Spires prendra la scène.

Après une humble naissance dans le sous-sol d'un bar pour forger un son propre à eux, le groupe débute réellement cette année. En utilisant l'expérimentation et leur progrès, le groupe tente de se tailler une place dans le monde musical.

De plus en plus, le groupe tente de repousser les frontières de la musique instrumentale.

En septembre dernier, le groupe produit de façon indépendante son premier album.

Le band est composé de Vincent Boisvert-Huneault, Jean-Michel Lacombe, Maxime Monast et Brandon Ng.

Une belle découverte vous attend ce soir, aux Quatre Jeudis.

Le prix de la solidarité

L'organisme Solidarité Gatineau-Ouest (SGO) a présenté vendredi son 12e Prix solidarité à Jeannette Desjardins, une ancienne infirmière au CLSC des Draveurs qui s'engage depuis plusieurs années dans le milieu communautaire du secteur Gatineau.

"Après avoir dû quitter son emploi en raison de problèmes de santé, Jeannette a eu le choix de s'asseoir et de ne rien faire. Mais, elle s'est relevée a décidé de s'engager autant qu'elle le pouvait dans sa communauté", ont souligné les organisatrices de l'événement.

La remise du Prix s'est faite devant une soixantaine de femmes dans le cadre de la Fête de la femme, un événement organisé annuellement par SGO pour les Gatinoises.

Le Prix solidarité est remis tous les ans à une bénévole du secteur pour son engagement et son soutien auprès des personnes dans le besoin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer