Canuel a un nouveau guidon

Karol-Ann Canuel.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Karol-Ann Canuel.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Karol-Ann Canuel n'aura eu aucune difficulté à se trouver un nouveau guidon en vue la prochaine saison internationale de cyclisme féminin.

Sans contrat depuis la dissolution de la puissante équipe Velocio-SRAM pour laquelle elle roulait depuis deux ans, la Gatinoise d'adoption se joint à Boels-Dolmans. Cette formation néerlandaise compte plusieurs gros noms dans ses rangs dont la nouvelle championne du monde sur route, la Britannique Elizabeth Armistead.

Canuel a confirmé hier les rumeurs qui circulaient depuis quelques jours. Elle avait jasé avec quelques autres équipes à la fin de l'été.

«Je savais depuis la fin du mois de juillet que Velocio ne reviendrait pas», a rappelé la cycliste, qui a gagné le titre mondial du contre-la-montre par équipe pour une deuxième année de suite, le mois dernier, aux États-Unis. Elle avait terminé sixième à l'épreuve individuelle du CLM en 2014.

Ajoutez à cela sa deuxième place au classement général du Tour de Thuringe, en Allemagne. Elle avait notamment remporté l'étape finale.

Canuel ne se voyait pas ailleurs que chez Boels-Dolmans en 2016.

«C'est une belle équipe qui possède une bonne structure. Tout le monde semble gentil. En plus, je vais retrouver une ancienne coéquipière. Je pense que c'est un bon «fit» pour moi.»

Son amie Evelyn Stevens, qui a déjà roulé à ses côtés, lui a vendu l'idée de passer au sein de l'organisation néerlandaise. Il y a un autre facteur qui a pesé dans la balance.

Un tremplin

Boels-Dolmans va se taper toutes les courses internationales majeures en Europe et en Amérique. Tout ça durant une année qui culminera avec la tenue des Jeux olympiques à Rio.

D'ailleurs, Canuel a conclu une entente d'un an avec l'équipe. La future infirmière réévaluera son avenir en cyclisme après la prochaine saison.

En attendant, elle n'avait qu'une chose en tête. Du repos. Elle était en route vers son Abitibi natale au moment de l'entrevue téléphonique.

«Je m'en vais chez mes parents. Je compte en profiter au max pour bien me reposer.»

Des activités simples se trouvent à son menu.

- De la chasse avec son père?

La question l'a bien fait rire.

«Je ne pense pas qu'il aimerait ça! Ça sera de petites activités juste pour me changer des idées des entraînements habituels de troisheures avec intervalles.

Le retour sur le vélo aura lieu à la fin octobre afin de préparer déjà la nouvelle année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer