Impossible de rater une telle occasion

La finale du sprint de 500 mètres attend... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La finale du sprint de 500 mètres attend Gabriel Beauchesne-Sévigny, aujourd'hui

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La fatigue attribuable au décalage horaire lui pesait dans le corps. Gabriel Beauchesne-Sévigny est rentré d'Italie lundi soir après avoir participé aux championnats du monde de canoë-kayak avec l'équipe canadienne. Hier, il était encore sur l'eau. Pas question pour lui de rater les championnats canadiens qui se déroulent à Ottawa jusqu'à samedi.

«J'ai participé à mes premiers championnats canadiens ici en 1999. Ça me rappelle de bons souvenirs et que le temps passe vite! Les championnats canadiens sont vraiment amusants et ça me fait plaisir de représenter mon club de Trois-Rivières», a expliqué le Gatinois d'adoption après avoir pris part à ses trois premières courses individuelles hier à Mooney's Bay.

Pour le plaisir, il s'était inscrit aux sprints de 200m et de 500m en canoë. Il a pris le deuxième rang de sa vague dans le 200m avant de tomber à quatre millièmes de secondes du podium en finale. «Quatre millièmes, c'est l'équivalent de deux ou trois cheveux! Ils auraient pu nous placer à égalité!»

Hier, il a aussi pris le premier rang de sa vague sur 500m. La finale sera disputée aujourd'hui et il visera un podium dans cette catégorie. Il reste que sa course de prédilection demeure le 1000 mètres en duo. Gabriel Beauchesne-Sévigny a raté sa qualification olympique à Milan en fin de semaine en terminant au neuvième rang avec son partenaire Benjamin Russell. Une sixième place lui aurait valu un billet pour Rio, mais l'athlète de 30 ans ne désespère pas.

«Nous étions très près de battre notre record, mais le calibre était très relevé là-bas. En demi-finale, nous avons battu les champions du monde en titre. En finale, sur une course de 3:40, nous étions à une seconde du sixième rang. Il y avait un écart de trois secondes entre les premiers et les neuvièmes. C'est du jamais vu à l'échelle internationale.»

Le médaillé d'or des derniers Jeux panaméricains de Toronto au C1-1000 m aura une autre occasion de participer à ses deuxièmes Jeux olympiques en carrière au printemps prochain lors des Championnats panaméricains en Géorgie.

«Nous n'avons rien à brasser. Nous avons la recette gagnante. Nous avons fait une bonne course, mais pas une extraordinaire course.»

Pour l'instant, le vétéran de l'équipe canadienne compte s'amuser dans la capitale nationale. En plus de sa finale en C1-500 m, il fera le C1-1000 m et le C1-1500 m, des distances mieux adaptées à son entraînement. Il a également hâte de prendre part au célèbre «bateau de guerre» à 15 places.

«Nous sommes une vingtaine de membres de l'équipe canadienne ici et j'aime être vu comme un grand frère par nos jeunes de la relève.»

Trois médailles pour Cascade

La première journée des championnats canadiens de canoë-kayak a apporté trois médailles au club Cascade de Chelsea dont une d'or pour Tess Peterman en C1-200 m dans la catégorie des moins de 17 ans. Elle a devancé Anna Roy-Cyr de Lac Beauport par un dixième de seconde. Peterman a ajouté une médaille de bronze au C1-6000 m avec un chrono de 36 minutes 21 secondes. Jewelia Orlick a pour sa part gagné l'argent en K1-200 m. Madisson MacKenzie a fait deux quatrièmes places (K1-200 m, K1-500 m) à sa première année chez les juniors. Katherine Markhauser en a fait de même au K1-200 m chez les moins de 17 ans.

jfplante@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer