Pendrith s'incline et fulmine

L'Américain Sam Ryder a touché une bourse de... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

L'Américain Sam Ryder a touché une bourse de 315 000 $ ce week-end au Club Hylands avec sa première victoire sur le Mackenzie Tour.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

C'était le tournoi de golf le plus relevé de l'été dans la région d'Ottawa-Gatineau. Il y avait, en ville, des gars qui pourraient évoluer sur le circuit de la PGA dès 2017.

Les amateurs qui se sont déplacés au Club Hylands pour les observer ont pu constater que même les meilleurs trébuchent.

Hier après-midi, le deuxième Omnium de la capitale nationale pour Appuyons nos troupes a pris fin de manière dramatique. Au premier trou de prolongation, le Canadien Taylor Pendrith a concédé la victoire à son rival, l'Américain Sam Ryder, en ratant un coup roulé d'une soixantaine de centimètres.

Terrible.

Le pauvre type a vraiment choisi le pire moment pour commettre son premier faux pas du jour.

«Je croyais bien que j'allais réussir mon premier coup roulé pour inscrire l'oiselet. J'avais quand même la chance de m'en tirer. La normale était à ma portée. J'ai du mal à comprendre ce qui vient de m'arriver», a-t-il déclaré en quittant le vert.

La fumée lui sortait encore des oreilles.

«Mon premier boguey de la journée... Il fallait que ça m'arrive durant la prolongation. Ça se passe comme ça, des fois, au golf...»

On peut comprendre sa déception. Ce coup roulé raté lui coûte cher.

En tant que vainqueur de l'Omnium de la capitale nationale, Ryder a empoché une bourse de 31500$.

En tant que vice-champion, Pendrith doit se contenter d'une somme beaucoup moins élevée.

Recevoir un chèque supplémentaire de 2500$ à titre de joueur canadien par excellence de la dernière semaine dans le Mackenzie Tour ne fera pas vraiment passer la pilule.

Une victoire ce week-end aurait permis au droitier de Richmond Hill, en Ontario, de bien se positionner au classement général du circuit professionnel canadien. On vous rappelle que ses cinq meilleurs boursiers obtiendront leur laisser passer pour le Web.com Tour en 2016.

Maintenant, Pendrith aura fort à faire d'ici la fin de la saison s'il souhaite vraiment accéder à l'antichambre de la PGA.

«Je vais quand même quitter Ottawa avec plein d'éléments positifs sur lesquels continuer à bâtir. J'ai vraiment bien joué ce week-end. J'ai joué 20 coups sous la normale ce week-end. J'ai réussi 25 oiselets et deux aigles. Tout cela est excellent. Tout cela va m'aider à me bâtir une confiance. C'est juste la conclusion du week-end qui laisse à désirer», complète le long cogneur qui a fait ses débuts chez les pros en 2014.

Pendrith a quand même fait honneur au Canada, ce week-end, dans un événement largement dominé par les Américains.

Deux autres représentants des États-Unis, Clayton Rask et Ross Beal, ont complété le top-4 de l'Omnium de la capitale.

Ryder, un jeune homme de 25 ans originaire de la Floride, était fort heureux d'accepter le trophée du vainqueur. Il complétera sous peu sa deuxième saison dans le Mackenzie Tour. Il avait obtenu plusieurs résultats intéressants jusqu'à maintenant, mais il n'avait encore jamais signé une victoire.

«Cette victoire, c'est immense. J'étais déjà satisfait de ma saison. Là, je suis vraiment content. J'ai l'impression que je viens vraiment de trouver ma place parmi les joueurs les plus sérieux du Tour», a-t-il déclaré.

Il a quand même un peu de compassion pour Pendrith, qui a été son partenaire de jeu tout au long de la journée, hier.

«J'aurais préféré que la ronde se termine différemment... Je vais quand même savourer ma victoire.»

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer