Andreescu, un nom à retenir

Bianca Vanessa Andreescu aura une autre favorite sur...

Agrandir

Bianca Vanessa Andreescu aura une autre favorite sur son chemin en quart de finale.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Canadienne Bianca Vanessa Andreescu a beau être la plus jeune joueuse du Challenger Banque Nationale de Gatineau alors qu'elle vient tout juste d'avoir 15 ans en juin, ça ne l'empêche pas d'avoir de grandes ambitions.

«J'ai toujours rêvé de gagner mon premier Challenger», a-t-elle confié après avoir accédé à la ronde quart de finale grâce à sa victoire en deux sets nécessitant des bris d'égalité, 7-6 (7-3) et 7-6 (9-7), contre la cinquième favorite, la Tchèque de 20 ans Barbora Stefkova, classée 288e au monde.

«J'ai de grandes ambitions. Je veux être meilleure qu'Eugenie (Bouchard) et toutes les autres, aller loin et représenter mon pays et mes couleurs, en Fed Cup et aux Olympiques ainsi que sur le circuit (WTA)», a-t-elle ajouté.

La jeune fille native de Mississauga en Ontario de descendance roumaine a les outils pour aller au bout de ses rêves, un coup droit brossé très puissant venant en tête de liste. Son service habituellement fiable lui a causé quelques maux de tête hier, incluant trois doubles fautes consécutives alors qu'elle servait pour le match à 5-4 au deuxième set pour permettre à son adversaire de pousser ensuite le match à sa limite.

Quand elle commet de telles erreurs, elle montre un caractère fougueux, se donnant de bonnes tapes sur les cuisses ou «échappant» sa raquette. Le genre de choses qui rappellent aux plus vieux les frasques d'Ilie Nastase, le Roumain surnommé «Nasty» qui a été numéro un mondial dans les années 1970.

«Quand je perds un point facile, ou que j'ai l'avance et que je la perds par ma faute, si je smashe ma raquette, ça me pompe. J'ai un peu de John McEnroe en moi, il faut croire. Mon entraîneur me dit que ça ne le dérange pas si ça m'aide, et c'est le cas, donc c'est correct», avoue-t-elle bien franchement.

Son entraîneur est le Québécois André Labelle, qui est récemment passé du Centre d'entraînement national de Montréal à celui de Toronto. Quand elle va en Europe pour des tournois ou en visite dans sa famille en Roumanie (elle y retourne chaque année), elle travaille également avec Nathalie Tauziat, l'ancien grand nom du tennis français qui avait atteint la finale de Wimbledon en 1998, notamment.

«Elle a un très bon potentiel, affirme Labelle. D'abord, elle est capable de faire n'importe quoi avec la balle. Elle travaille fort, elle a une vitesse de bras qui lui permet de frapper très fort, elle bouge bien. On aime beaucoup son profil, techniquement, elle est très solide. Et elle a du caractère. À son premier match (lundi), elle s'est fâchée à la fin et elle est allée chercher les deux parties suivantes. Elle aurait pu s'effondrer, mais ça n'a pas été le cas. Elle est encore jeune, elle apprend. (Hier), elle aurait pu fermer le cercueil bien avant, mais chez les pros contrairement aux juniors, la fenêtre qui est ouverte peut se refermer vite.»

Andreescu aura une autre favorite sur son chemin en quart de finale aujourd'hui (vers 17h30), alors qu'elle se mesurera à la troisième favorite, la Japonaise Shuko Aoyama, qui a eu besoin de trois sets pour se défaire de l'Américaine Alexandre Mueller sous le soleil de midi.

«Je ne suis pas intimidée lorsque je joue contre des filles plus vieilles, je me contente de jouer à ma façon et on verra ce que ça va donner. Il n'y a aucune pression sur moi», a ajouté la jeune fille qui a remporté le prestigieux tournoi de l'Orange Bowl à Miami l'an dernier chez les U16.

Sebov s'incline

L'autre junior du Canada en action hier, Katherine Sebov, 16 ans, s'est inclinée, 6-4 et 6-4, devant la deuxième favorite, la Mexicaine Marcela Zacarias.

Les deux autres Canadiennes toujours en lice, Françoise Abanda et Carol Zhao, disputeront leurs quarts de finale successivement à compter de 11h, respectivement contre les Américaines Alexa Glatch (première tête de série) et Lauren Albanese.

En double, Zhao et Jessica Moore sont passées en demi-finale en l'emportant facilement 6-0 et 6-2 devant l'Américaine Anne-Liz Jeukeng et la Mexicaine Sabastiani Leon. Elles affronteront les Québécoises Marie-Alexandre Leduc et Charlotte Robillard-Millette aujourd'hui.

Mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer