Le retour des bannis?

Ils ont beau avoir intenté une poursuite réclamant 6 millions$ en dommages et... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils ont beau avoir intenté une poursuite réclamant 6 millions$ en dommages et intérêts à l'institution, les Gee Gees de l'édition 2013-2014 qui seront encore à l'Université d'Ottawa l'an prochain pourraient tenter leur chance avec l'équipe que dirigera Patrick Grandmaître.

C'est du moins ce que le nouvel entraîneur-chef du Gris et Grenat a laissé entendre hier, avant même d'avoir «fait ses devoirs» sur les quelques joueurs de cette équipe disgraciée par les événements de février 2014 à Thunder Bay qui étudient toujours à l'U. d'O.

«En ce moment, il y a encore sept joueurs qui sont inscrits pour la session scolaire. On ne sait pas s'il y en a qui reviennent en 2016-2017, soit par graduation ou juste changement (d'école). Mais s'ils veulent jouer au hockey et qu'ils répondent aux critères de l'université pour aller en classe, je ne leur refuserai certainement pas de participer à notre camp d'essai ouvert. Je devrais cependant les rencontrer au préalable», a dit Grandmaître.

Le Gatinois Rock Régimbald est un de ces sept hockeyeurs-étudiants qui a poursuivi ses études sur le campus du centre-ville d'Ottawa malgré la suspension du programme de hockey masculin l'an dernier ainsi que la saison prochaine. Il serait éligible à endosser les couleurs du Gris et Grenat à nouveau lors du retour de l'équipe, mais il n'a pas l'intention de le faire.

«Il me reste un an et demi ou deux avant de compléter mon bac, donc théoriquement, oui, je pourrais retourner (avec les Gee Gees). Mais en septembre prochain, je pense plutôt aller dans une autre université ou encore jouer dans la Ligue nord-américaine de hockey (circuit semi-professionnel)», a confié l'ancien attaquant des Olympiques et des Saguenéens de Chicoutimi.

Régimbald a indiqué aussi qu'il ne sait pas quand la poursuite au civil intentée par son ancien coéquipier Andrew Creppin au nom des 22 joueurs dont la réputation a été salie par leur suspension au même titre que les deux hockeyeurs accusés d'agression sexuelle (David Foucher et Guillaume Donovan) va se retrouver devant le tribunal après qu'un juge de la Cour supérieure de l'Ontario, Kevin Phillips, ait rejeté une motion de l'U. d'O. pour son rejet pur et simple.

Pas moyen de savoir

Quant à Foucher et Donovan, leur dernière comparution en cour à Thunder Bay prévue le 14 juillet dernier aurait été reportée au 1erseptembre prochain. Peu d'informations ont filtré sur l'avancement de leur dossier qui fait l'objet d'une interdiction de publication.

Mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer