Patrick Grandmaître à la barre des Gee Gees

Patrick Grandmaître, un vrai leader selon Jacques Martin, dispose... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Patrick Grandmaître, un vrai leader selon Jacques Martin, dispose d'une année pour recruter ses joueurs, le retour de l'équipe hockey n'étant prévu qu'en 2016. .

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Université d'Ottawa a décidé de se tourner vers Patrick Grandmaître, un entraîneur recrue, pour relancer le programme de hockey masculin des Gee Gees et lui redonner ses lettres de noblesse après les allégations d'agression sexuelle qui ont mené à sa suspension en février 2014.

Ancien capitaine des Tigres de Victoriaville, des Remparts de Québec et des X-Men de St. Francis Xavier, ce Gatinois de 36 ans a déjà été entraîneur adjoint avec l'Intrépide de Gatineau et adjoint aussi avec l'équipe féminine des Gee Gees, en plus de lancer le programme de hockey du Collège Nouvelles-Frontières, où il enseignait depuis 2010.

«Pour nous, il est un choix parfait... Il est un excellent entraîneur et un éducateur, ce qui est très important pour nous», a noté le directeur du Service des sports de l'U. d'O., Marc Schryburt, en le présentant en conférence de presse.

Son prédécesseur à la barre du Gris et Grenat, Réal Paiement, a été congédié dans la foulée des accusations déposées contre deux anciens joueurs, le capitaine David Foucher et l'assistant-capitaine Guillaume Donovan, qui auraient agressé sexuellement une étudiante de l'université Lakehead dans un hôtel de Thunder Bay. Leur cause est toujours devant les tribunaux, leur dernière comparution ayant eu lieu le 14 juillet dernier alors que leur prochaine est prévue le 1erseptembre.

L'ancien recteur de l'Université Allan Rock avait décrété que toute l'équipe des Gee Gees était suspendue en raison de cet incident et la suspension a été maintenue toute la saison 2014-2015. L'équipe ne sera relancée qu'en 2016, ce qui donne un an à Grandmaître pour recruter de nouveaux joueurs, qui devront se soumettre à un nouveau code de conduite très strict imposé par l'institution de haut savoir.

«Ma vision du hockey masculin des Gee Gees est que ce sera une équipe travaillante, avec du caractère et qui sera disciplinée, et je veux que ce soit sur la glace et hors glace», a indiqué Grandmaître d'entrée de jeu.

Celui-ci a été choisi parmi une cinquantaine de postulants, dont cinq ont obtenu des entrevues avec un comité de sélection dont faisait partie Jacques Martin, ancien entraîneur des Sénateurs et du Canadien qui est maintenant assistant spécial avec les Penguins de Pittsburgh.

«Ce qui est ressorti (en entrevue), c'est qu'il est un leader, une personne qui est toujours devenu le meneur de son équipe, que ce soit dans le junior, au hockey universitaire ou chez les professionnels quand il a joué en Allemagne. Il a aussi une bonne expérience côté éducation et pour développer des programmes», estime Martin, lui-même un ancien des Gee Gees (1975-1976).

Celui-ci agira comme consultant auprès de Grandmaître dans ses fonctions, alors que sa première tâche sera de recruter environ 25 joueurs au cours de la prochaine année. Ceux-ci auront tous droit à des bourses d'études de 4500$ par année, le maximum alloué par le Sport universitaire de l'Ontario, dans le cadre d'un plan d'affaires mis de l'avant par Schryburt, qui a été nommé à la tête du Service des sports il y a quatre mois.

«Mon cheminement est un peu différent parce que je ne voulais pas quitter la région pour devenir entraîneur-chef, j'adore le hockey, mais j'aime ma famille encore plus. Je suis cependant confiant dans mes habiletés et les gens avec qui je vais m'entourer (comme Martin) vont être capables de combler mon manque d'expérience», pense Grandmaître, père d'un enfant alors que sa conjointe en attend un deuxième.

«Le recrutement va être difficile, mais ce l'est déjà (pour toutes les universités canadiennes). Nous allons avoir une autre dynamique (avec le code de conduite), mais ce n'est pas comme si les autres écoles avaient de la facilité à recruter qui ils veulent. Au sport scolaire, c'est le nerf de la guerre, le recrutement et trouver les fonds pour appuyer les joueurs convoités par plusieurs écoles... C'est un grand défi, mais en relevant de grands défis, il y a de belles récompenses», estime Grandmaître.

Alors que le président des Sénateurs Cyril Leeder fait partie d'un comité de relance du programme avec plusieurs anciens, Patrick Grandmaître aura l'occasion d'approfondir ses connaissances comme entraîneur en étant invité à donner un coup de main à Luke Richardson lors du camp des recrues des Sénateurs, en septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer