Beauchesne-Sévigny veut battre les Brésiliens

Gabriel Beauchesne-Sévigny.... (Archives)

Agrandir

Gabriel Beauchesne-Sévigny.

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un deuxième athlète représentant l'Outaouais pourrait grimper sur un podium, dès aujourd'hui, à Toronto. Le canoéiste de vitesse Gabriel Beauchesne-Sévigny a de sérieuses chances de remporter une médaille dans l'épreuve de C2 sur 1000 mètres.

Avec son coéquipier Benjamin Russell, le Gatinois de 30 ans fera partie des favoris.

Le duo canadien a remporté quelques médailles sur cette distance sur le circuit de la Coupe du monde, cette saison.

Il a notamment rapporté des médailles d'argent d'une course présentée à Copenhague, à la fin du mois de mai.

Ces belles performances ne voudront plus rien dire lorsque Beauchesne-Sévigny et Russell se retrouveront dans l'eau à Welland, vers 11h, ce matin.

Mais...

«Dans mon sport, on ne sait jamais ce qui peut se produire, estime le Gatinois. Nous avons affronté le duo cubain qui prendra part aux Jeux panams plus tôt cette saison. Nous les avons battus. Par contre, nous n'avons pas encore croisé les Brésiliens. Le champion du monde de C1 prendra part aux épreuves de C2 à Toronto. Ce serait vraiment bien de pouvoir le battre.»

Les épreuves de canoë-kayak à Toronto ne font pas office de qualifications olympiques. Beauchesne-Sévigny aura d'autres raisons de vouloir bien paraître.

UNE BELLE OCCASION

Il voudra d'abord mieux faire que lors de son précédent passage aux Jeux panaméricains. À Guadalajara, en 2011, il s'était contenté du cinquième rang en C2 sur 1000 mètres. Il faisait alors équipe avec le grand frère de Benjamin Russell.

«Ça ne s'était pas très bien passé», convient l'athlète francophone.

Aujourd'hui, il voudra aussi bien paraître devant de nombreux supporters.

«Mes parents seront là. Des amis qui vivent dans la région de Toronto seront aussi sur place. C'est rare que je peux courser dans une compétition internationale devant ces gens-là. Ça va me donner une occasion de leur montrer ce que je fais chaque jour. Moi, je m'entraîne sur une rivière. Mon sport n'est peut-être pas concret pour la majorité des Canadiens.»

Sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer