Crème glacée ou volley?

Le libéro de Hull Olivier Riopel participera aux... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le libéro de Hull Olivier Riopel participera aux sélections de l'équipe nationale junior de volleyball, qui se tiendront à Gatineau jusqu'au 11 mai. «J'ai hâte, mais je n'ai pas d'attentes», avoue-t-il.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils seront 38 jeunes athlètes talentueux à converger vers le centre sportif de Gatineau. Des joueurs considérés parmi les plus beaux espoirs que le Canada à offrir en volley-ball masculin.

Les cinq prochains jours détermineront où ils passeront leur été. Que ce soit à vendre de la crème glacée, de la barbotine ou défendre les couleurs de leur pays.

Volleyball Canada tiendra dès ce soir le camp de sélection de son équipe nationale junior. Les entraîneurs choisiront 14 joueurs en vue de trois gros tournois.

Au sommet de la liste, on retrouve les championnats du monde juniors prévus en septembre au Mexique. Un peu plus bas, il y a les Universiades d'été en Corée du Sud en juillet de même que la Coupe panaméricaine à Gatineau.

«Avoir tous ces pays à la maison, de pouvoir jouer devant ma famille et mes amis... Ça serait une superbe récompense et une belle expérience de vie», avoue Olivier Riopel, un des participants à ce camp.

Le libéro de Hull s'avère le seul joueur du côté québécois de la rivière des Outaouais à tenter sa chance. Il s'agira de sa première participation à des essais nationaux.

«Je suis excité. J'ai hâte, mais je n'ai pas d'attentes. Je me dis que si je donne tout ce que j'ai, je serai content de moi-même à la fin du camp, peu importe ce qui arrive.»

Ça ne l'a pas empêché de mettre le paquet dans sa préparation.

Une fois que sa saison collégiale a pris fin chez les Griffons du Cégep de l'Outaouais, l'étudiant-athlète de 18 ans a commencé à s'entraîner avec les joueurs de l'équipe canadienne senior au centre national à Gatineau. «J'ai eu l'occasion de pratiquer à un niveau supérieur sur une base régulière, a souligné Riopel.

«J'ai l'avantage de connaître les lieux, le plancher. Des fois, ça fait une différence pour les athlètes. Je ne suis pas en terrain inconnu. J'ai hâte de voir comment ça va se passer.»

Si le camp se déroule à l'image de sa dernière saison, de bonnes nouvelles l'attendront.

Riopel, qui fait 5'11» et 165livres, a été honoré en mars lors d'un banquet au championnat canadien de volley-ball collégial à Charlottetown. Il a été un des neuf joueurs nommés athlètes par excellence pancanadiens.

Ce dernier a mené les Griffons à la médaille d'argent aux championnats québécois. En finale, le capitaine a réussi 17 attaques marquantes et trois as pour 20 points.

Le volleyball s'avère enraciner dans sa famille.

Son frère Alexandre a pratiqué ce sport et dirige maintenant une des équipes au collège St-Alexandre. L'oncle de sa mère Vivianne a été membre de l'équipe nationale du Liban.

«Ma mère m'a déjà montré des photos de lui», a souligné Olivier Riopel.

Qui sait, peut-être que dans quelques décennies, ses descendants montreront à leur tour des clichés pris de lui à l'été 2015 dans l'uniforme canadien aux championnats du monde juniors.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer