Christine Lavallée, reine des éléments

L'hiver, Christine Lavallée excelle sur la glace. Une fois l'été arrivé, elle... (Photo courtoisie Morgan Daw - Curling Canada)

Agrandir

Photo courtoisie Morgan Daw - Curling Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'hiver, Christine Lavallée excelle sur la glace. Une fois l'été arrivé, elle se surpasse sur l'eau.

Faites la connaissance de cette infirmière à l'hôpital de Gatineau, qui vient d'ajouter une autre médaille à sa collection sportive. Cette fois-ci, elle a ramené l'argent.

La quinquagénaire a fait partie du quatuor québécois qui s'est incliné dimanche en finale des championnats canadiens de curling en fauteuil roulant, à Boucherville. «Un peu déçue sur le coup car ce n'est pas la médaille que nous visions, surtout avec la semaine que nous avions connue. Mais vingt-quatre heures après avoir décanté, on se dit qu'on va se reprendre l'an prochain», a laissé tomber une Lavallée compétitive, hier, après son quart de travail.

Oui, elle était déjà de retour au boulot.

«Le retour à la vraie vie», a lancé en riant la mère de famille de «deux grands enfants».

Cette dernière s'avère tout de même heureuse de la performance de ses coéquipiers Benoit Lessard, Carl Marquis, Johanne Daly et elle. C'était leur première aventure ensemble.

Lavallée a joué lors des saisons précédentes au sein de formations ontariennes. Elle s'est jointe au quatuor du Québec en février. L'équipe se cherchait une première.

«Nouvelle équipe, nouvelle dynamique et surtout, une équipe super organisée... J'ai appris beaucoup.»

Le seul hic? Ses amis font partie du club de Magog. C'est loin de l'Outaouais.

«Pendant six semaines, je suis allée à quelques reprises là-bas et même à Montréal pour des entraînements», a noté la nouvelle médaillée.

Une place avec l'Équipe canadienne

Les kilomètres se sont multipliés rapidement sur l'odomètre. Une réalité qui ne l'a pas dérangée.

«Je suis une trotteuse», a souligné Lavallée, qui passe ses étés à pratiquer la voile de haut niveau.

Il y a deux ans, on l'a vu monter sur la première marche du podium aux Jeux du Canada. Puis en janvier, Christine Lavallée a terminé dans le top 15 à une étape de la Coupe du monde à Miami.

Une performance qui lui a ouvert récemment les portes de l'équipe canadienne.

«Quand j'ai reçu l'appel, je croyais à un poisson d'avril, a lancé la régatière. Ce fut une belle surprise.»

Une surprise qui sera dispendieuse. Elle doit planifier quelques voyages afin de s'entraîner à Victoria où se trouve l'instructeur de la formation nationale.

Ce qui signifiera aussi jongler avec son horaire de travail.

La voile et le curling, Lavallée les pratique depuis sept ans. Un accident en ski alpin l'a rendu paraplégique en 1998.

«J'ai toujours été sportive. Avant mon accident, j'ai fait de la nage synchronisée et du water-polo. Je faisais aussi beaucoup de vélo. Un an, jour pour jour après cet accident, je suis retournée faire du ski. J'y tenais, a-t-elle relaté.

«Le sport me permet de rencontrer des gens fantastiques. Le sport est bon, non seulement physiquement, mais aussi entre les deux oreilles (...) Après 15 minutes dans mon bateau, la vie est belle. C'est la même chose au curling après avoir lancé quelques pierres.»

Lavallée essaie toujours de recruter de nouveaux joueurs ici et là. Elle a tenu à souligner en entrevue que le club RA Centre, où elle s'entraîne deux à trois fois par semaine à Ottawa, organise des parties amicales de curling en fauteuil roulant les samedis en après-midi durant l'hiver.

«Pour des gens qui ont le goût de faire autre chose que d'être devant la télé. Pas besoin d'être compétitif et de vouloir aller aux Jeux du Canada ou des championnats canadiens pour venir essayer!»

mcomtois@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer